Le plus grand fournisseur de plateformes et services de forage pétrolier finalisera ce mois-ci l'acquisition du groupe norvégien Songa Offshore. Transocean en détient déjà 97,5% des actions, et a soumis au groupe une offre de rachat des titres restants. Il débourse 3,4 milliards de dollars pour acquérir ses sept plateformes: trois anciennes, destinées aux eaux peu profondes, qu'il mettra au rebut, et quatre plateformes supermodernes adaptées aux forages en zones inhospitalières. Ces dernières ont été spécialement conçues pour Statoil, qui les exploite dans le cadre de contrats de huit ans (qui arriveront à échéance entre 2022 et 2024) d'une valeur résiduelle de 3,7 milliards de dollars, avec des options supplémentaires pour un total de sept milliards de d...

Le plus grand fournisseur de plateformes et services de forage pétrolier finalisera ce mois-ci l'acquisition du groupe norvégien Songa Offshore. Transocean en détient déjà 97,5% des actions, et a soumis au groupe une offre de rachat des titres restants. Il débourse 3,4 milliards de dollars pour acquérir ses sept plateformes: trois anciennes, destinées aux eaux peu profondes, qu'il mettra au rebut, et quatre plateformes supermodernes adaptées aux forages en zones inhospitalières. Ces dernières ont été spécialement conçues pour Statoil, qui les exploite dans le cadre de contrats de huit ans (qui arriveront à échéance entre 2022 et 2024) d'une valeur résiduelle de 3,7 milliards de dollars, avec des options supplémentaires pour un total de sept milliards de dollars. Carnet de Songa inclus, les commandes atteignaient 12,8 milliards de dollars fin février 2018. La moitié du prix d'acquisition couvre les dettes de Songa. L'opération a une incidence favorable sur le cash-flow d'exploitation (Ebitda) de Transocean et sur le ratio dette nette/Ebitda récurrent. Sur la base d'une dette nette de 3,4 milliards de dollars à l'issue de 2017 et d'un Rebitda attendu pour 2018 de 1,14 milliard, ce rapport atteint en effet 3,9. En s'offrant Songa, Transocean achève l'optimisation de sa flotte amorcée en avril 2013. Celle-ci comptait alors 83 plateformes, dont 34 pour les eaux très profondes et les zones inhospitalières. Au total, 39 installations ont été détruites et 15 vendues. Si l'on considère déjà les deux plateformes pour eaux ultraprofondes qui sont en construction et seront livrées en 2020, la flotte de Transocean se compose de 49 installations, dont 41 pour les eaux ultraprofondes (29) et territoires inhospitaliers (12). On note une amélioration dans cette dernière catégorie, après plusieurs années difficiles; l'an dernier, le nombre de nouveaux contrats conclus a doublé à 40 en base annuelle et les tarifs de location journaliers, bonus inclus, ont bondi de 190.000 dollars au deuxième trimestre à 300.000 dollars au quatrième trimestre. Pour les plateformes destinées aux eaux ultraprofondes en revanche, il faudra attendre encore une année ou deux avant que le prix journalier se redresse.En rythme annuel, la valeur des nouveaux contrats conclus a en tout cas doublé en 2017, à 873 millions de dollars. Un montant qui, au regard du chiffre d'affaires (CA) annuel 2017 de 2,97 milliards (-28,6%), est encore faible, cela dit. Le tarif de location journalier moyen a pour sa part reculé de 319.000 dollars au troisième trimestre à 296.700 dollars au quatrième trimestre (contre encore 329.400 dollars au dernier trimestre de 2016), et de 353.500 à 321.300 dollars en rythme annuel. Le taux d'occupation de la flotte est demeuré stable en base annuelle, à 48%, un niveau très faible. Au quatrième trimestre, il s'établissait à 53%. Transocean a enregistré une perte nette récurrente de 93 millions de dollars, contre un bénéfice net récurrent de 64 millions au dernier trimestre de 2016. En base annuelle, la perte s'établit à 24 millions.L'action Transocean s'échange à nouveau sous 10 dollars. Le cours ne se redresse encore que timidement mais, c'est incontestable, les fondamentaux s'améliorent, soutenus par la hausse des cours du pétrole. Il faudra cependant encore patienter pour voir les tarifs de location journaliers des plateformes de forage se redresser. L'action est pour l'instant bon marché, à une valeur d'entreprise correspondant à 7,8 fois l'Ebitda attendu pour 2018 et à peine 0,38 fois la valeur comptable. Conseil : acheterRisque : élevéRating : 1CCours : 9,86 dollarsTicker : RIG USCode ISIN : KYG900781090Marché : New YorkCapit. boursière : 4,5 milliards USDC/B 2017 : -C/B attendu 2018 : -Perf. cours sur 12 mois : -22 %Perf. cours depuis le 01/01 : -8 %Rendement du dividende : -