Le producteur américain d'aluminium vit ses dernières heures sous sa forme actuelle. La société sera en effet scindée en deux entités, qui seront cotées en Bourse avant la fin de l'année. D'ici là, nous en saurons aussi davantage sur la répartition concrète des activités et des dettes. Le nom restera Alcoa pour les activités upstream. Celles-ci regroupent toutes les mines du groupe et les usines de fonte où l'aluminium de ses propres mines ainsi que les métaux de base sont transformés. Les activités downstream (transformation de l'aluminium) seront rassemblées dans une nouvelle société baptisée Arconic. L'objectif est que les deux entreprises continue...

Le producteur américain d'aluminium vit ses dernières heures sous sa forme actuelle. La société sera en effet scindée en deux entités, qui seront cotées en Bourse avant la fin de l'année. D'ici là, nous en saurons aussi davantage sur la répartition concrète des activités et des dettes. Le nom restera Alcoa pour les activités upstream. Celles-ci regroupent toutes les mines du groupe et les usines de fonte où l'aluminium de ses propres mines ainsi que les métaux de base sont transformés. Les activités downstream (transformation de l'aluminium) seront rassemblées dans une nouvelle société baptisée Arconic. L'objectif est que les deux entreprises continuent de collaborer. Ainsi Arconic prendra-t-elle une participation de 19,9% dans le nouvel Alcoa. Concrètement, Arconic consistera en trois grandes divisions: Global Rolled Products (notamment le secteur automobile et les emballages), Engineered Products and Solutions (aéronautique et aérospatial) et Transport and Construction Solutions (camions lourds et matériaux de construction). Le nouvel Alcoa commence à partir d'une page blanche, et Arconic reprendra toutes les dettes. À la fin du deuxième trimestre, la société avait une dette nette de 7,2milliards USD, qui sera transférée à Arconic. Celle-ci sera cependant allégée de 1milliard USD par un paiement du nouvel Alcoa, qui consentira un emprunt de ce montant. Les cash-flows libres, à 55millions USD, sont légèrement positifs. La vente d'actifs a rapporté cette année plus de 800millions USD. Pour l'ensemble de 2016, elle doit totaliser 1,2milliard USD. Les résultats du deuxième trimestre (trois mois jusqu'au 30juin) se sont révélés supérieurs aux prévisions (peu ambitieuses). Le prix de l'aluminium fut en moyenne plus élevé que sur les trois premiers mois de cette année. La situation est cependant encore incertaine, car la surcapacité demeure. Alcoa lui-même prévoit pour 2016 un déficit de 775.000tonnes. Le chiffre d'affaires du groupe a reculé sur une base annuelle d'un peu plus de 10%, à 5,3milliards USD, 100millions USD de plus que le consensus, en raison surtout de la baisse du prix de l'aluminium, qui est en moyenne de 11% inférieur à la même période en 2015. Le bénéfice net s'est replié de 3,6%, à 135millions USD, mais est nettement supérieur au niveau du premier trimestre. Pro forma selon les deux entités séparées, le chiffre d'affaires du nouvel Alcoa s'est accru de 7%, à 2,3milliards USD. Sans transactions internes, le progrès ressort même à 9%. Depuis 2008 déjà, les usines coûteuses sont systématiquement fermées ou vendues et remplacées par des sites moins coûteux. Pour 2016, Alcoa mise sur 550millions USD d'économies de coûts supplémentaires. Chez Arconic, le chiffre d'affaires a connu une hausse de 1%, à 3,5milliards USD. On prévoit que la demande du secteur aéronautique se reprendra au second semestre. ConclusionAlcoa a fourni un résultat satisfaisant mais on peut s'épargner une mauvaise surprise. Il est probable en effet que le fisc belge, tout comme dans le cas de Google et de Hewlett-Packard, considère le nouvel effet comme un versement de dividende et retienne un précompte mobilier. Pour des raisons fiscales, nous conseillons donc de vendre les actions avant l'exécution de l'opération.Conseil : vendreRisque : moyenRating : 3B