Le producteur norvégien de pétrole et de gaz a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 834 millions de dollars au 4e trimestre; c'est 22% de mieux qu'au trimestre précédent (684 millions), mais 16,8 % de moins qu'au dernier trimestre de 2019, où il avait atteint un record. Ce sont l'augmentation de 14% des volumes de vente, à 213.800 barils d'équivalent pétrole par jour (bep/j), ainsi que celle des cours du pétrole et du gaz, respectivement de 4%, à 44,2 dollars, et de 69%, à 31,8 dollars, par bep, qui expliquent la belle progression trimestrielle. Et si les ventes ont évolué de la sorte, c'est parce que la production a atteint un record, à 223.100 bep/j, ou une hausse de 11% par rapport au 3e trimestre de 2020 et même de 16,7% par rapport au 4e trime...

Le producteur norvégien de pétrole et de gaz a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 834 millions de dollars au 4e trimestre; c'est 22% de mieux qu'au trimestre précédent (684 millions), mais 16,8 % de moins qu'au dernier trimestre de 2019, où il avait atteint un record. Ce sont l'augmentation de 14% des volumes de vente, à 213.800 barils d'équivalent pétrole par jour (bep/j), ainsi que celle des cours du pétrole et du gaz, respectivement de 4%, à 44,2 dollars, et de 69%, à 31,8 dollars, par bep, qui expliquent la belle progression trimestrielle. Et si les ventes ont évolué de la sorte, c'est parce que la production a atteint un record, à 223.100 bep/j, ou une hausse de 11% par rapport au 3e trimestre de 2020 et même de 16,7% par rapport au 4e trimestre de 2019. Aker BP doit ce record au champ Johan Sverdrup, qui, pour la première fois, a produit 59.600 bep/j. La capacité, déjà portée de 470.000 à 500.000 bep/j en novembre, devrait se hisser à 530.000 bep/j au cours de cette année. Erfugl, un nouveau projet dans la région de Skarv, est entré en phase de production comme prévu: en moyenne, 26.100 bep y sont produits chaque jour. La production quotidienne moyenne s'est hissée de 155.900 bep en 2019 à 210.700 bep en 2020, ce qui est conforme aux prévisions (revues à la baisse, à 210.000-215.000 bep). Au 4e trimestre, le coût de production moyen s'est établi à 8,1 dollars par bep, en hausse par rapport au 3e trimestre (7,3 dollars) en raison de coûts de maintenance plus importants. La production à un prix avantageux à Johan Sverdrup ainsi que la chute de la couronne norvégienne (laquelle a fait gagner à Aker BP 0,7 dollar par bep) ont fait retomber le coût de production moyen du bep à 8,3 dollars, au niveau du groupe, en 2020; la direction l'avait réestimé à environ 8 dollars (pronostic initial: 10 dollars). Pour 2021, Aker BP vise à produire 210.000 à 220.000 bep/j, à un coût moyen par unité compris entre 8,5 et 9 dollars. De 623 millions de dollars au 4e trimestre, le cash-flow opérationnel (Ebitda) a augmenté en rythme trimestriel (+21,9%) mais s'est tassé de 16,4% en glissement annuel. L'Ebitda de 2020 (2,13 milliards) n'est toutefois que de 7% inférieur à celui de 2019. Le revenu net s'est, lui, hissé de 80 millions au 3e trimestre à 129 millions de dollars au 4e, mais a chuté lui aussi en glissement annuel, de 141 à 45 millions de dollars. Quand la pandémie a éclaté, Aker BP a réduit de moitié, à 425 millions de dollars, son dividende annuel pour 2020. Pour 2021, le groupe entend verser 450 millions de dollars. La direction d'Aker BP a récemment déclaré que le groupe resterait un producteur de pétrole et de gaz pur. Il entend produire à faible coût - à moins de 7 dollars par bep - sur la prochaine décennie, et émettre peu de CO2 (moins de 5 kilogrammes par bep), soit un tiers de moins que le secteur, en moyenne. Sa production devrait en outre passer à plus de 350.000 bep/j d'ici à 2028, soit 70% de plus qu'en 2020, grâce à Sverdrup (la 2e phase entrera en production fin 2022) et à NOKOA (la production y commencera en 2027). Le cours d'Aker BP a reculé légèrement il y a peu, après une ascension de 60% depuis fin octobre. Le groupe n'en demeure pas moins l'acteur le plus performant de son secteur. Son profil de croissance est unique. Sa dette équivaut à seulement 1,5 fois le cash-flow opérationnel (Ebitda) prévu pour 2021, et sa valorisation est justifiée, à 19,2 fois le bénéfice et à un ratio valeur de l'entreprise/Ebitda de 3,97 escomptés pour 2021. Digne d'achat.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 220,8 NOKTicker: AKERBP NOCode ISIN: NO0010345853Marché: OsloCapit. boursière: 79,5 milliards NOKC/B 2020: 208C/B attendu 2021: 19Perf. cours sur 12 mois: -15%Perf. cours depuis le 01/01: +2%Rendement du dividende: 5,3%