Malgré les conditions difficiles qui prévalent dans l'industrie du pétrole et du gaz, la valeur nette d'inventaire (VNI) du holding norvégien a gagné 12,2% à 21 milliards NOK au 2e trimestre, soit 282 NOK par action. La VNI est cependant retombée à 269 NOK par action entretemps. Les moteurs de cette croissance ont été une fois de plus les participations industrielles dans Det Norske (+1,1 milliard NOK) et Ocean Yield (+1,1 milliard NOK). La valeur totale des participations industrielles s'élevait à 20,4 milliards NOK fin juin. L'acquisition des activités pétrolières norvégiennes de Marathon Oil Corp l'an dernier a transformé l'entreprise d'exploration qu'était Det Norske - participation de 5...

Malgré les conditions difficiles qui prévalent dans l'industrie du pétrole et du gaz, la valeur nette d'inventaire (VNI) du holding norvégien a gagné 12,2% à 21 milliards NOK au 2e trimestre, soit 282 NOK par action. La VNI est cependant retombée à 269 NOK par action entretemps. Les moteurs de cette croissance ont été une fois de plus les participations industrielles dans Det Norske (+1,1 milliard NOK) et Ocean Yield (+1,1 milliard NOK). La valeur totale des participations industrielles s'élevait à 20,4 milliards NOK fin juin. L'acquisition des activités pétrolières norvégiennes de Marathon Oil Corp l'an dernier a transformé l'entreprise d'exploration qu'était Det Norske - participation de 50%; 27,5% des participations industrielles - en un producteur de pétrole à part entière, avec une production moyenne de 58.000 barils par jour au 2e trimestre. En outre, Det Norske possède une participation de 11,6% dans Sverdrup, la plus grande découverte de pétrole dans les eaux norvégiennes depuis 1974 (début de la production prévu en 2019). Ocean Yield - participation de 73%; 29,5% des participations industrielles - est une entreprise maritime en forte croissance, active dans le transport de produits industriels et en support de l'industrie pétrolière et gazière. Elle travaille majoritairement avec des contrats de location à long terme, d'une durée moyenne de 10,3 ans fin juin. La valeur des autres participations industrielles est restée à peu près stable : Aker Solutions (services à l'industrie pétrolière et gazière, participation de 34,8%, 20,6% des participations industrielles), Havfisk (pêche; participation de 73,2%, 7,4%), Aker BioMarine (pêche au krill; participation de 99%, 6,9%), Akastor (fruit de la scission d'Aker Solutions l'an dernier; participation de 34,5%, 6,4%) et Kvaerner (services pour l'industrie pétrolière et gazière; participation de 28,7%, 2%). Le 30 juin, les participations financières s'élevaient à 7,7 milliards NOK (+0,4 milliard NOK par rapport à fin mars), soit 29% de la valeur brute d'inventaire totale de 28,6 milliards NOK (VNI hors dette). Pour la première fois depuis 2009, Aker ASA a abaissé son dividende brut par action de 13 NOK en 2014 à 10 NOK, une conséquence logique d'une politique de dividende qui prévoit un dividende annuel compris entre 2% et 4% de la VNI (4,1% en 2015, contre 3,9% en 2014). Une première pour Aker ASA : 84% des actionnaires ont exploité la possibilité de faire verser 50% du dividende sous la forme d'actions nouvelles, moyennant une décote de 10%. Le flamboyant actionnaire majoritaire Kjell Inge Roekke a entièrement souscrit à cette option et a ainsi porté sa participation de 67,8% à 68,2%. Avec les économies de 325 millions NOK réalisées sur les dividendes, Aker ASA conserve la flexibilité financière nécessaire pour réagir aux opportunités que recèle la crise actuelle. Un autre facteur à même de soutenir le futur dividende est l'augmentation rapide des dividendes des participations sous-jacentes ces dernières années. Pour 2015, on table sur 0,9 milliard NOK.ConclusionAker ASA s'échange à 1,1 fois la valeur comptable et la décote sur la valeur nette d'inventaire a à nouveau augmenté de 5% depuis début 2015, à un niveau très attrayant de 37%. Nous considérons toujours un investissement dans le holding norvégien diversifié comme une excellente manière de miser sur un redressement du cours du pétrole à plus long terme. L'action reste en Sélection. Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1A