Le holding norvégien Aker Asa est détenu à 67% par l'homme d'affaires milliardaire norvégien Kjell Inge Roekke. Le conglomérat est réparti en participations industrielles et financières. Les participations industrielles (66% des actifs au 30/09, soit 18,3 milliards NOK), représentent en principe un engagement à long terme et sont hands on (c'est-à-dire que le holding participe à la gestion des entreprises dans lesquelles il possède généralement une participation de contrôle). Pour ce qui concerne les participations financières, l'accent est plutôt mis sur la réalisation de plus-values à moyen terme. Les participations financières ont été principalement hébergées dans Converto Capital Fund, l'ancien Aker Capita...

Le holding norvégien Aker Asa est détenu à 67% par l'homme d'affaires milliardaire norvégien Kjell Inge Roekke. Le conglomérat est réparti en participations industrielles et financières. Les participations industrielles (66% des actifs au 30/09, soit 18,3 milliards NOK), représentent en principe un engagement à long terme et sont hands on (c'est-à-dire que le holding participe à la gestion des entreprises dans lesquelles il possède généralement une participation de contrôle). Pour ce qui concerne les participations financières, l'accent est plutôt mis sur la réalisation de plus-values à moyen terme. Les participations financières ont été principalement hébergées dans Converto Capital Fund, l'ancien Aker Capital Fund. Ajoutons à cela une trésorerie confortable, qui est régulièrement étoffée par les versements de dividendes de ses participations. Les six participations industrielles sont, par ordre d'importance, Aker Solutions (prestations de services pétroliers et gaziers; 40% au 30/09, 36% des participations industrielles), Det Norske (exploration pétrolière; participation de 50%; participation : 31%), Ocean Yield (navigation; participation de 73,5%; 17%), Aker BioMarine (participation de 100%; 10%), Kvaerner (scindé d'Aker Solutions; participation de 41%; 4%) Et enfin Havfisk (pêche, participation de 73%; 2%).L'an dernier, le cours d'Aker Solutions fut sous pression en raison de l'érosion de ses marges bénéficiaires, tout comme chez ses pairs, Technip (lire Flash en page 7) et Saipem. Le groupe ne reste pas passif, cependant : il a vendu au 2e semestre 2013 des divisions moins stratégiques pour un total de 5,4 milliards NOK. Le groupe de services pétroliers souhaite affecter le produit de ces ventes à l'allègement de ses dettes mais envisage à terme un programme de rachat d'actions propres et une augmentation du dividende. Roekke a récemment prouvé sa confiance dans Aker Solutions en rachetant 6% des titres, et même à un prix de 115 NOK par action, ce qui représente une prime de 17% sur le cours au moment de l'annonce. Aker a renforcé sa position dans Aker Solutions à 46,3%. Au cours des années à venir, Aker Solutions devrait pouvoir profiter du développement du champ pétrolier Johan Sverdrup, le plus important en Norvège depuis 1974, avec des réserves estimées de 1,8 à 2,9 milliards de barils. En décembre, une annonce importante est tombée : la signature d'un contrat de 10 ans par Aker Solutions pour des services de support dans le développement de Sverdrup. D'autres contrats suivront peut-être pour le champ pétrolier, dont la première production estimée a été retardée récemment d'une année, à fin 2019. Cette annonce a comprimé le cours de Det Norske, dans la mesure où les licences dans Sverdrup constituent le principal actif de la deuxième plus importante participation d'Aker. Il ne fait aucun doute que Det Norske aura besoin, dans les prochaines années, de capitaux supplémentaires pour conserver ses participations dans le champ pétrolier. En considérant les participations financières, la valeur intrinsèque (NAV) s'est hissée à 319 NOK par action, contre 302 NOK fin septembre. Le cours a un peu plus nettement progressé sur la même période mais la décote par rapport à la valeur intrinsèque est encore supérieure à 35%. Conclusion :Aker est un holding joliment diversifié avec des participations industrielles solides. Son cours affiche une importante décote et l'entreprise verse un généreux dividende (12 NOK par action ou 5,9% bruts en 2013). Nous restons positifs par rapport à l'action.Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1B