194,0 NOK - 1B Digne d'achat
...

194,0 NOK - 1B Digne d'achatLe holding norvégien Aker Asa (ticker AKER en Bourse d'Oslo; www.akerasa.com; code ISIN : NO0010234552) est coté en Bourse depuis septembre 2004 et depuis lors, les actionnaires ont obtenu un rendement annuel moyen largement enviable de 27% dividendes compris. Sur la période comprise entre 2009 et 2012, le rendement annuel a atteint 17%. Le président du conseil d'administration et propriétaire à 67% du holding est l'homme d'affaires milliardaire norvégien Kjell Inge Roekke. A l'exemple du gourou américain Warren Buffett, ce dernier se concentre sur la création de valeur. Il exige de ses investissements un return annuel moyen de 12%. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce businessman, nous vous conseillons de lire sa lettre aux actionnaires, jointe au rapport annuel 2012 (pages 14 à 23). Le conglomérat est réparti en participations "industrielles" et "financières". Les premières (67% des actifs au 31/08) représentent en principe un engagement à long terme et sont "hands on" (c'est-à-dire que le holding participe à la gestion des entreprises dans lesquelles il possède généralement une participation de contrôle). Pour ce qui concerne les participations financières, l'accent est plutôt mis sur la réalisation de plus-values à moyen terme. Les secondes ont été principalement hébergées dans Converto Capital Fund, l'ancien Aker Capital Fund. Les six participations industrielles sont, par ordre d'importance, Aker Solutions (prestations de services pétroliers et gaziers; 40% au 31/08, 39% des participations industrielles), Det Norske (exploration pétrolière; participation de 50%; participation : 32%), Ocean Yield (navigation; participation de 73,5%; 14%), Aker BioMarine (participation de 100%; 9%), Kvaerner (scindé d'Aker Solutions; participation de 41%; 4%) Et enfin Havfisk (pêche, participation de 73% ; 2%). Depuis le début de cette année, la part dans Aker Solutions a vu sa valeur baisser de plus de 20%, un effet négatif de plus de 5% sur la valeur intrinsèque d'Aker. Ce repli est lié à l'érosion des marges bénéficiaires d'Aker Solutions par rapport à 2012. La société a le projet ambitieux de doubler son chiffre d'affaires (CA) à l'horizon 2018. Au cours des années à venir, elle devrait pouvoir profiter, avec Kvaerner, du nouvel élan de l'industrie pétrolière norvégienne, consécutif à la découverte du champ pétrolier Johan Sverdrup, la plus importante en Norvège depuis 1974, qui a permis un renouveau dans l'industrie, affectée depuis 2000 déjà par une baisse des chiffres de production. La deuxième participation industrielle, Det Norske, possède d'ailleurs à son tour 40% du champ pétrolier Sverdrup et constitue dès lors l'un des principaux pôles de valeur au sein du holding Aker. Elément peu rassurant par ailleurs : Ocean Yield, actif dans la navigation maritime, est cotée séparément en Bourse depuis juillet. L'ancienne participation à 100% d'Aker a été réduite à 73,5% en raison de l'émission de nouveaux titres lors de l'IPO. Cette filiale rentable a cela dit des projets de croissance prometteurs et au cours des prochaines années, elle versera un dividende généreux à Aker. Fin août, la valeur intrinsèque (NAV) s'élevait à 22 milliards NOK ou 304 NOK par action, ce qui représente un recul de 5 NOK par rapport à début 2013, en tenant compte du dividende de 12 NOK versé en mai. Pour financer la croissance de la branche industrielle, Aker a émis en début d'année deux obligations pour un total de 2 milliards NOK. Le groupe souhaitant conserver une trésorerie solide, il compte liquider jusque 3 milliards NOK (surtout sous la forme de biens immobiliers) parmi ses participations financières.Il est toujours intéressant de suivre la stratégie de Monsieur Roekke, même si en termes de création de valeur, sa tâche fut plus ardue cette année. Le conglomérat détient plusieurs participations industrielles solides, dont les perspectives d'avenir sont prometteuses. Le holding s'échange à peine au-dessus de sa valeur comptable et présente une décote de plus de 36% sur sa valeur intrinsèque. Qui plus est, Aker verse un dividende intéressant (12 NOK par action ou 6% bruts en 2013). Nous maintenons le conseil d'achat (rating 1B) et conservons le titre en Sélection.