Alors que les distributeurs européens subissent la hausse des coûts et la sobriété croissante des consommateurs qui en découle, lesquelles pèsent sur leur rentabilité, Ahold Delhaize poursuit sur son bel élan des derniers trimestres. Le groupe doit ses bons trimestriels à sa forte présence aux Etats-Unis, où les consommateurs dépensent généralement davantage. La bonne santé du marché du travail américain soutient en effet le pouvoir d'achat des ménages, qui souffrent également moins de la hausse des prix de l'énergie que les consommateurs européens. Bien sûr, le tableau pourrait s'assombrir si la Réserve fédérale était contrainte de prendre encore des mesures fortes pour maîtriser l'inflation, ce qui affaiblirait l'économie.
...

Alors que les distributeurs européens subissent la hausse des coûts et la sobriété croissante des consommateurs qui en découle, lesquelles pèsent sur leur rentabilité, Ahold Delhaize poursuit sur son bel élan des derniers trimestres. Le groupe doit ses bons trimestriels à sa forte présence aux Etats-Unis, où les consommateurs dépensent généralement davantage. La bonne santé du marché du travail américain soutient en effet le pouvoir d'achat des ménages, qui souffrent également moins de la hausse des prix de l'énergie que les consommateurs européens. Bien sûr, le tableau pourrait s'assombrir si la Réserve fédérale était contrainte de prendre encore des mesures fortes pour maîtriser l'inflation, ce qui affaiblirait l'économie.Mais pour l'instant, profitant toujours de la vigueur du dollar, Ahold fait un sans faute aux Etats-Unis. A périmètre comparable, les ventes y ont augmenté de 8,2% au troisième trimestre, si bien que la marge sous-jacente a encore progressé, pour atteindre un niveau impressionnant de 5%. La marque Food Lion, qui se distingue par une offre alimentaire saine à un prix abordable et dont les ventes sous-jacentes augmentent chaque trimestre depuis 10 ans, se porte particulièrement bien; la stratégie omnicanale semble également fonctionner. Les ventes en ligne de produits d'épicerie courante ont ainsi augmenté de 17% au niveau du groupe.En Europe en revanche, les marges sont plus difficiles à défendre; Ahold Delhaize doit s'y contenter d'une marge sous-jacente de 3,4%, contre 4,3% un an auparavant. Elle a toutefois légèrement progressé en glissement trimestriel, malgré les prix élevés de l'énergie et la hausse rapide des salaires. Le groupe tente de limiter la hausse des coûts en négociant âprement avec ses fournisseurs; si aucun accord n'est trouvé, les rayons des magasins pourraient d'ailleurs bien se vider. Le moral en berne des consommateurs fait également du tort à bol.com. La filiale en ligne a toutefois accru ses ventes de 5,6% en grappillant des parts de marché. Ahold Delhaize attend des temps meilleurs pour créer de la valeur en introduisant bol.com en Bourse.Au troisième trimestre, le groupe a généré un chiffre d'affaires total de 22,4 milliards d'euros, en hausse de 20% en glissement annuel; l'on attendait 3% de moins. Abstraction faite de la hausse du dollar, les ventes ont augmenté de 9,1%. La marge d'exploitation sous-jacente s'est établie à 4%, ce qui correspond à la moyenne historique du groupe. Elle démontre une fois de plus la résilience de l'entreprise face à un environnement macroéconomique difficile. Après ce très bon trimestre, la direction a relevé, pour la troisième fois cette année, les perspectives pour l'ensemble de l'exercice: le bénéfice par action sous-jacent devrait augmenter non pas de 5%, mais de 10% au moins. Le dividende progressera dans le sillage des bénéfices. Avec les cash-flows disponibles qu'il génère en continu, le groupe financera le rachat de 1 milliard d'euros d'actions en 2023 (3% des actions en circulation).Même dans un contexte macroéconomique difficile, Ahold Delhaize continue d'enchaîner les bons résultats. Le risque d'un atterrissage moins doux que prévu de l'économie américaine pourrait venir voiler ses résultats en 2023, mais il est compensé par une valorisation attrayante. Les investisseurs ne paient que 12 fois les bénéfices attendus pour 2023 et la valeur de l'entreprise ne représente que 5,5 fois le cash-flow d'exploitation. Nous recommandons par conséquent l'achat du titre. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 27,8 eurosTicker: ADCode ISIN: NL0011794037Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 29 milliards EURC/B 2021: 14C/B attendu 2022: 12Perf. cours sur 12 mois: -10%Perf. cours depuis le 01/01: -9%Rendement du dividende: 3,5%