La crise sanitaire a aussi affecté le secteur de l'imprimerie, et les activités d'impression du groupe anversois n'ont pas été épargnées. La direction n'a pas manqué d'adopter des mesures de réduction des coûts et d'amélioration de l'efficacité. Elle a en outre cédé la branche IT de la division HealthCare, pour 975 millions d'euros. Au vu des chiffres de 2020, qui sont naturellement loin d'être très bons, l'on peut dire qu'Agfa-Gevaert résiste bien à la crise.
...

La crise sanitaire a aussi affecté le secteur de l'imprimerie, et les activités d'impression du groupe anversois n'ont pas été épargnées. La direction n'a pas manqué d'adopter des mesures de réduction des coûts et d'amélioration de l'efficacité. Elle a en outre cédé la branche IT de la division HealthCare, pour 975 millions d'euros. Au vu des chiffres de 2020, qui sont naturellement loin d'être très bons, l'on peut dire qu'Agfa-Gevaert résiste bien à la crise.Le chiffre d'affaires (CA) d'Agfa-Gevaert a reculé de 13%, le cash-flow opérationnel (Ebitda) ajusté, de 35% et le bénéfice d'exploitation (Ebit) ajusté, de plus de moitié. Des chiffres conformes aux prévisions (revues à la baisse). Agfa-Gevaert a clos 2020 sur une perte nette de 98 millions d'euros, dont 88 millions d'euros sont des coûts de restructuration, donc une charge exceptionnelle - même si l'on peut douter de leur caractère unique, le groupe semblant éternellement en restructuration.La direction prévoit en tout cas une amélioration en 2021. Si au premier semestre, Agfa-Gevaert souffrira encore des conséquences de la crise, au second, la plupart de ses divisions, à l'exception de celle de radiologie, devraient se reprendre.En 2020, la demande de systèmes de radiologie a diminué, les soins liés au Covid-19 étant devenus prioritaires, un recul que l'accroissement parallèle de la part de marché d'Agfa-Gevaert dans la radiographie directe ne compensera sans doute pas totalement cette année. Le groupe compte heureusement des moteurs de croissance, comme les logiciels de gestion d'images médicales dans les hôpitaux et les imprimantes grand format.Les activités d'impression restent pour l'instant à la traîne. La direction d'Agfa-Gevaert estime que les prix actuels dans cette industrie sont insoutenables. En vue d'améliorer sa rentabilité, l'entreprise revoit son modèle d'affaires. La gamme de produits sera simplifiée et deux usines de plaques d'impression, en France et au Royaume-Uni, seront fermées. Par ailleurs, les hausses des prix des matières premières seront répercutées plus rapidement sur les clients. En janvier, la direction a annoncé qu'elle réorganiserait l'activité - une cession n'est pas envisagée à ce stade, mais que la division ait une structure de société autonome nous paraît un premier pas en ce sens. Les autres activités d'Agfa-Gevaert se remettront, au mieux, à moyen terme de la crise sanitaire, voire en tireront profit, a-t-elle affirmé.La direction souligne sa confiance en l'avenir du groupe en rachetant pour 50 millions d'euros de ses actions. Ainsi, les actionnaires, longtemps privés de dividende, peuvent prendre part aux bénéfices réalisés sur la cession de l'activité IT évoquée. Cinquante millions (capitalisation boursière: 688 millions d'euros), c'est plus qu'un geste symbolique. Agfa-Gevaert allouera 350 millions d'euros à la réduction des engagements de pension. D'ici à 2026, les décaissements liés à ces obligations ne devraient plus se monter qu'à 50 millions (aujourd'hui: 80 millions). Le groupe dispose pour l'heure encore d'une trésorerie nette de 561 millions d'euros.Le groupe traverse la crise sanitaire relativement bien et anticipe même une reprise de certaines de ses activités au second semestre. Toutes pourraient tirer parti de la crise à moyen terme, à l'exception de la division graphique, un fardeau depuis longtemps. Si l'on tient compte des engagements de pension, l'Ebitda correspond à environ 10 fois la valeur de l'entreprise, un ratio correct. Le titre peut être conservé.Conseil: conserverRisque: élevéRating: 2CCours: 3,98 eurosTicker: AGE:BBCode ISIN: BE0003755692Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 688 millions EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 15Perf. cours sur 12 mois: +17%Perf. cours depuis le 01/01: +2%Rendement du dividende: -