Le nom d'Ageas, héritier juridique de Fortis, suscite toujours des sentiments mitigés chez de nombreux investisseurs. L'actionnaire d'Ageas reste en prise avec une foule de procédures judiciaires. Le règlement transactionnel qu'Ageas a annoncé le 14 mars 2016 avec une série de groupes représentant d'anciens actionnaires Fortis - Deminor, Stichting Investor Claims Against Fortis (Sicaf), Vereniging Effectenbeleggers (VEB, une association d'investisseurs néerlandais), la Stichting FortisEffect, rejoints plus tard par Laurent Arnauts et Geert Lenssens - constituaient ainsi une occasion cruciale de solder le passé Fortis pour l'assureur. Le règlement en question prévoit le versement par Ageas (sans reconnaissance d'une quelconque faute) d'une somme maximale totale de 1,2 m...

Le nom d'Ageas, héritier juridique de Fortis, suscite toujours des sentiments mitigés chez de nombreux investisseurs. L'actionnaire d'Ageas reste en prise avec une foule de procédures judiciaires. Le règlement transactionnel qu'Ageas a annoncé le 14 mars 2016 avec une série de groupes représentant d'anciens actionnaires Fortis - Deminor, Stichting Investor Claims Against Fortis (Sicaf), Vereniging Effectenbeleggers (VEB, une association d'investisseurs néerlandais), la Stichting FortisEffect, rejoints plus tard par Laurent Arnauts et Geert Lenssens - constituaient ainsi une occasion cruciale de solder le passé Fortis pour l'assureur. Le règlement en question prévoit le versement par Ageas (sans reconnaissance d'une quelconque faute) d'une somme maximale totale de 1,2 milliard d'euros (EUR) aux actionnaires qui ont détenu ou acheté des actions Fortis pendant trois périodes spécifiques: du 21 septembre 2007 au 7 novembre 2007 (première augmentation de capital à 15 EUR par action pour une acquisition partielle d'ABN Amro; indemnité moyenne), du 13 mai 2008 au 25 juin 2008 (période précédant la deuxième augmentation de capital à 10 EUR par action; indemnité la plus élevée) et du 29 septembre 2008 au 3 octobre 2008 (période précédant le sauvetage par les autorités du Benelux; indemnité la plus faible). Le règlement transactionnel a été présenté le 23 mai 2016 à la Cour de justice d'Amsterdam qui doit le déclarer contraignant. Après une séance publique le 24 mars 2017, sa décision est attendue l'été prochain. Si le règlement est déclaré contraignant, il sera enfin possible de concentrer son attention sur la belle histoire qu'Ageas est en train d'écrire dans le domaine des assurances depuis 2009 sous la direction de Bart De Smet. Outre son marché domestique, la Belgique, le groupe est actif au Royaume-Uni, au Luxembourg, en France, en Italie, au Portugal et en Turquie, avec également une forte présence dans six pays asiatiques: la Chine, la Malaisie, l'Inde, la Thaïlande, le Vietnam et les Philippines. Malgré des demandes d'indemnisations exceptionnelles liées à des actes de terrorisme et de mauvaises conditions météorologiques, Ageas a enregistré d'excellents résultats sur les neuf premiers mois de 2016. Si le résultat net a baissé de 599 millions à 118 millions EUR, c'est en effet en raison de la constitution d'une provision pour le règlement Fortis, et malgré la plus-value de 1,4 milliard EUR réalisée sur la vente des activités dans les assurances vie à Hong Kong pour 1,2 milliard EUR. L'acquisition des activités d'AXA dans les assurances au Portugal a été scellée. L'assureur est un fidèle distributeur de dividendes et a versé un montant brut de 1,65 EUR par action en 2016 (un rendement brut de 4,4%). Si l'on y inclut le programme de rachat d'actions propres en cours pour maximum 250millions EUR, Ageas y aura consacré 1,4milliard EUR et réduit le nombre d'actions en circulation de 245,8 millions à 216,6 millions depuis 2010. Cela n'a pas empêché le groupe de respecter sans problème les directives plus strictes de Solvabilité II pour les assureurs, avec fin septembre un ratio Solvabilité II de 181% pour les assurances (objectif d'au moins 175%) et de 199% au niveau du groupe. L'action Ageas s'est nettement redressée ces derniers mois après un très faible premier semestre 2016. La perspective d'une déclaration contraignante du règlement Fortis, un dividende en hausse (environ 2,15 EUR brut) et le programme de rachat d'actions propres devraient soutenir l'action au cours des mois à venir. La récente hausse des taux est bienvenue pour la rentabilité des assurances-vie. Conseil : conserverRisque : moyenRating : 2BDevise : euro (EUR)Marché : Euronext BruxellesCapitalisation boursière : 8,2 milliards EURC/B 2015 : 12C/B attendu 2016 : 10Perf. cours sur 12 mois : - 10 %Perf. cours depuis le 01/01 : + 0 %Rendement du dividende : 4,4 %