En 2019, Ageas entendait réaliser pour la première fois un bénéfice net supérieur au milliard d'euros. A fin septembre, ce dernier avait atteint 877 millions d'euros, 34% de plus qu'au terme de la même période en 2018. Mais les 101,9 millions d'euros réalisés au 4e trimestre n'ont pas suffi pour qu'il franchisse le cap lorgné. En glissement annuel, il s'agit d'un repli de 34%. Les attentes des analystes (138 millions d'euros) ont été déçues. Les 979,2 millions d'euros atteints sur l'exercice n'en représentent pas moins un record et une augmentation de 21% par rapport à 2018 (809,1 millions d'euros). Par action, la hausse est de 24%, à 5,09 euros.
...

En 2019, Ageas entendait réaliser pour la première fois un bénéfice net supérieur au milliard d'euros. A fin septembre, ce dernier avait atteint 877 millions d'euros, 34% de plus qu'au terme de la même période en 2018. Mais les 101,9 millions d'euros réalisés au 4e trimestre n'ont pas suffi pour qu'il franchisse le cap lorgné. En glissement annuel, il s'agit d'un repli de 34%. Les attentes des analystes (138 millions d'euros) ont été déçues. Les 979,2 millions d'euros atteints sur l'exercice n'en représentent pas moins un record et une augmentation de 21% par rapport à 2018 (809,1 millions d'euros). Par action, la hausse est de 24%, à 5,09 euros. Le tassement du résultat net au dernier trimestre résulte d'une part de l'incidence bien plus défavorable que prévu (de 106 millions d'euros) de la réévaluation du passif RPN(i) - réajustement trimestriel fonction de l'évolution du cours de l'action Ageas et des CASHES, obligations convertibles en actions Ageas existantes -, qui a neutralisé les 105,9 millions cumulés sur les neuf premiers mois. D'autre part, de la faible performance, persistante, du Royaume-Uni. Mais par ailleurs, d'un nombre de sinistres supérieur à la moyenne et d'un environnement tarifaire très compétitif dans le secteur de l'assurance automobile, qui ont écorné le bénéfice net du 4e trimestre de 89%, à 2,8 millions d'euros. Pour ce qui est des bonnes nouvelles, les revenus bruts de primes ont enfin repris le chemin de la hausse (+1%, à 402 millions d'euros, au cours du trimestre, mais -3% en glissement annuel) grâce à la reprise des assurances logement. Le Royaume-Uni s'adjuge une grande part de la baisse de 32% du bénéfice net non-vie au niveau du groupe, à 59,8 millions d'euros, au 4e trimestre, et de 9%, à 261,9 millions d'euros, sur l'exercice. Portées surtout par la Belgique et l'Asie, les assurances-vie ont vu leur bénéfice net quadrupler à 173,6 millions d'euros; de 124 millions d'euros, les plus-values en Asie sont toutefois en deçà des attentes (187,9 millions). Par rapport à 2018, le bénéfice net des assurances-vie a augmenté de 65%, à 840,7 millions d'euros, en 2019. La part d'Ageas dans les primes brutes totales s'est améliorée de 4% d'une année à l'autre (+2%, au 4e trimestre), grâce à une forte croissance en Asie (+16%) et en Belgique (+8%). Le ratio combiné - rapport entre les coûts et les primes nettes - est passé de 94,3 à 95%, mais 96% étaient visés. La marge sur les produits de branche 21 s'est stabilisée à 88 points de base (objectif: 85-95 points de base) et la marge sur les produits debranche 23 est passée de 25 points de base en 2018 à 28 points l'an passé, sous l'objectif de 30-40 points. La solvabilité (ratio Solvency II) s'est, elle, hissée de 215 à 217 points de base, bien au-delà du minimum de 175%. Ageas a perçu un montant record de 632,4 millions d'euros de dividendes de ses filiales en 2019 (+1,6% en un an), suffisant pour financer le dividende et le rachat d'actions (dépense totale de 600 millions d'euros en 2019). Conformément à sa nouvelle politique de dividende, Ageas distribue 50% du bénéfice net, ce qui suppose que le dividende brut se hissera de 2,2 à 2,65 euros par action. Nous accueillons favorablement le repli de l'action Ageas après une période de nette hausse. Bien que les incertitudes liées au coronavirus soient nombreuses, la croissance structurelle en Asie et les belles performances de la Belgique, tout comme le rachat d'actions et l'attrayant rendement du dividende, soutiennent son cours. Nous relevons par conséquent notre conseil. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 44,62 eurosTicker: AGSN BBCode ISIN: BE0974264930Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 8,85 milliards EURC/B 2019: 9C/B attendu 2020: 10Perf. cours sur 12 mois: +3%Perf. cours depuis le 01/01: -16%Rendement du dividende: 5,9%