Dans une analyse sur le secteur du jeu, nous avions déjà mentionné Activision Blizzard, une société californienne qui développe et commercialise des jeux pour différentes plateformes (consoles, ordinateurs ou appareils mobiles). Ces dernières années, Activision Blizzard s'est aussi diversifiée dans l'e-sport, ce qui lui assure, outre les revenus issus de la vente de jeux et de licences, des recettes publicitaires.
...

Dans une analyse sur le secteur du jeu, nous avions déjà mentionné Activision Blizzard, une société californienne qui développe et commercialise des jeux pour différentes plateformes (consoles, ordinateurs ou appareils mobiles). Ces dernières années, Activision Blizzard s'est aussi diversifiée dans l'e-sport, ce qui lui assure, outre les revenus issus de la vente de jeux et de licences, des recettes publicitaires. En 2020, le marché mondial du jeu représentait 175 milliards de dollars, pour une croissance annuelle - tirée surtout par les jeux pour consoles et smartphones - avoisinant 10%. L'e-sport pèse actuellement moins de 1% du marché mondial du jeu, mais offre surtout un intérêt du point de vue de la diversification. Alphabet, Amazon et d'autres géants de la technologie ambitionnent en outre de créer une plateforme de jeux dans le cloud, ce dont pourraient tirer profit les développeurs de jeux. Présent dans tous ces segments, Activision Blizzard a signé un beau parcours ces dernières années, avec des chiffres qui ont rarement déçu. Et pourtant, l'action a abandonné 40% depuis son sommet de février. La raison: le CEO, Robert Kotick, est dans la tourmente après des accusations de harcèlement envers des employés, des pratiques qui semblent aussi être monnaie courante chez les cadres de l'entreprise. Une enquête interne a entraîné la mise à pied de plusieurs dizaines de collaborateurs. Le CEO reste pour l'instant en poste. En raison du scandale, le lancement de deux jeux (Overwatch 2 et Diablo IV) a été reporté à début 2023. L'on craint en outre que les ingénieurs et les développeurs aillent rejoindre la concurrence si l'entreprise entretient cette culture toxique. Sans eux, d'autres lancements encore pourraient être différés, alors que la pénurie de semi-conducteurs a déjà entraîné un report de la sortie des consoles X Box X et Playstation 5 et décalé l'ensemble du cycle. Au terme du 3e trimestre de 2021, le chiffre d'affaires (CA) d'Activision Blizzard atteignait 6,6 milliards de dollars, en hausse de 17% sur un an. Son bénéfice opérationnel (Ebit) a quant à lui progressé de 20,5%, à 2,6 milliards de dollars. Activision Blizzard compte trois divisions, qui peuvent chacune se targuer d'une clientèle très fidèle. Activision Publishing génère 35,9% du CA du groupe, surtout grâce au jeu Call of Duty, qui enregistre chaque mois 119 millions d'utilisateurs actifs. Mais le groupe gagne de plus en plus d'argent sur les micro-transactions (soit l'ajout, pour une somme modique, de fonctionnalités à un jeu gratuit). Blizzard Entertainment réalise 27,6 du CA consolidé et compte 26 millions d'utilisateurs actifs chaque mois. La division inclut notamment la plateforme de jeux en ligne Battle.net et des titres populaires tels que World of Warcraft, Diablo, Hearthstone et Overwatch. King Digital Entertainment (36,5% du CA total) mise sur le segment mobile (avec notamment Candy Crush) et attire chaque mois pas moins de 245 millions d'utilisateurs actifs.A l'issue du 3e trimestre, Activision Blizzard affichait une trésorerie nette de 6,4 milliards de dollars. L'entreprise compte racheter pour quatre milliards de dollars d'actions en 2022 et 2023. Le dividende a été relevé de 15%, à 0,47 dollar par action, soit un total de 365 millions de dollars. Activision Blizzard figurait récemment parmi les développeurs de jeux les plus onéreux. C'est tout l'inverse aujourd'hui: l'action s'échange à 15 fois le bénéfice et 4,5 fois le CA attendus - au plus bas depuis 2014. Ses concurrents (Take Two, Electronic Arts, Zynga ou Ubisoft) sont en moyenne 30% plus chers. Nous jugeons la sanction du marché excessive par rapport à l'incidence du scandale sur les performances opérationnelles. Le titre est digne d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 58,63 dollarsTicker: ATVI USCode ISIN: US00507V1098Marché: NasdaqCapit. boursière: 45,6 milliards USDC/B 2020: 17C/B attendu 2021: 15Perf. cours sur 12 mois: -31%Perf. cours depuis le 01/01: -35%Rendement du dividende: 0,8%