Si le holding Ackermans & van Haaren (AvH) a bonne presse, c'est parce qu'il a offert aux investisseurs de long terme des rendements particulièrement intéressants. Mais sur ces cinq dernières années, la société de portefeuille anversoise n'a même pas été capable de produire le rendement du Bel 20 (32% pour l'indice, 21% pour AvH, ou un rendement annuel moyen de "seulement" 3,9%). Sur la période, AvH a rapporté nettement moins que Brederode (rendement total de 161%) ou Sofina (229%, ou un rendement de près de 27% l'an en moyenne). C'est ce qui explique que les investisseurs ne jurent plus que par Sofina.
...

Si le holding Ackermans & van Haaren (AvH) a bonne presse, c'est parce qu'il a offert aux investisseurs de long terme des rendements particulièrement intéressants. Mais sur ces cinq dernières années, la société de portefeuille anversoise n'a même pas été capable de produire le rendement du Bel 20 (32% pour l'indice, 21% pour AvH, ou un rendement annuel moyen de "seulement" 3,9%). Sur la période, AvH a rapporté nettement moins que Brederode (rendement total de 161%) ou Sofina (229%, ou un rendement de près de 27% l'an en moyenne). C'est ce qui explique que les investisseurs ne jurent plus que par Sofina. Or le paysage est à nouveau en train de changer: AvH mène le classement depuis le début de l'année (+6%), supplantant Brederode (+3%), GBL (0%) et même Sofina (-3%), mais aussi le Bel 20 (+3,5%). Le redressement du cours d'AvH tient naturellement aussi aux très bons résultats annuels de 2020 que le holding a publiés. Le 2e semestre a été bien meilleur que le 1er. Après avoir été longtemps à la traîne par rapport au marché, les entreprises cotées en portefeuille, et notamment CFE, la société mère de l'entreprise de dragage DEME, ont opéré une remontée impressionnante ces derniers mois, en dépit du recul de la contribution au bénéfice net du segment Marine Engineering & Contracting, de 91,9 millions d'euros en 2019 à 46,7 millions un an plus tard (dont seulement 7,5 millions au 1er semestre). Le bénéfice net du segment Private Banking s'est pour sa part hissé de 127,3 millions d'euros en 2019 à 141,3 millions, un record, en 2020, soit une part de près de 62% dans le bénéfice du groupe. Les avoirs en gestion ont eux aussi augmenté, de 51,9 à 54,1 milliards. Le segment Real Estate & Senior Care a clos 2020 sur un bénéfice net de 32,7 millions d'euros alors qu'il avait achevé le 1er semestre sur une perte nette de 3,7 millions d'euros! Si son bénéfice net est néanmoins encore bien en deçà de celui de 2019 (50,2 millions), c'est en raison de la crise sanitaire, qui a conduit à une baisse des revenus locatifs, et de la réduction de valeur actée sur la participation dans Retail Estates. Le segment Energy & Resources a fait part d'un bénéfice net de 6,8 millions d'euros alors que fin 2019, il déplorait une perte nette (-1,5 million). Enfin, le segment Growth Capital a publié un bénéfice net de 2,3 millions d'euros. Le résultat net consolidé a atteint 229,8 millions d'euros (seulement 53,3 millions, au terme du 1er semestre), en net recul (-41,8%) par rapport à 2019 (394,9 millions d'euros). Le dividende a été légèrement relevé, de 2,32 euros brut par action pour 2019 à 2,35 euros pour 2020. Au 31 décembre, le holding disposait d'une trésorerie de 68 millions d'euros (267,4 millions, fin 2019). Nous avons récemment repris l'action dans le portefeuille modèle en raison du potentiel de redressement des principaux actifs du holding mais aussi du potentiel de création de valeur au sein de la division Private Banking. Sa valorisation demeure attrayante. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 132,90 eurosTicker: ACKB BBCode ISIN: BE0003764785Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 4,45 milliards EURC/B 2020: 25C/B attendu 2021: 22Perf. cours sur 12 mois: +8%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1,8%