Une baisse brutale du cours de 12,6% : tel a été le verdict du marché après la publication du rapport annuel, même si l'action avait gagné 30% ces derniers mois. La première raison de la correction réside dans le report de la publication des résultats de l'étude IIa sur l'ALX-0171 (35 patients), le premier nanocorps à inhaler contre les affections pulmonaires causées par le virus respiratoire VRS chez les jeunes enfants, au premier semestre 2016 au lieu du troisième trimestre 2015. Le recrutement de patients est plus lent qu'espéré, de sorte que le plan alternatif consistant à recruter des patients pendant la saison d'hiver dans l'hémisphère sud (Australie et Asie) a été activé. Les données d...

Une baisse brutale du cours de 12,6% : tel a été le verdict du marché après la publication du rapport annuel, même si l'action avait gagné 30% ces derniers mois. La première raison de la correction réside dans le report de la publication des résultats de l'étude IIa sur l'ALX-0171 (35 patients), le premier nanocorps à inhaler contre les affections pulmonaires causées par le virus respiratoire VRS chez les jeunes enfants, au premier semestre 2016 au lieu du troisième trimestre 2015. Le recrutement de patients est plus lent qu'espéré, de sorte que le plan alternatif consistant à recruter des patients pendant la saison d'hiver dans l'hémisphère sud (Australie et Asie) a été activé. Les données de sécurité des 5 premiers patients sont en tout cas positives. Le marché du VRS est gigantesque, avec, selon les estimations, jusqu'à 300.000 hospitalisations de jeunes patients par an aux Etats-Unis et en Europe. Le deuxième contrecoup a été l'annonce de la résiliation anticipée de l'accord de collaboration signé en 2013 avec Merck Serono (MS). Les cinq programmes en cours étaient entièrement financés par MS mais en raison de restructurations internes chez eux, le financement de deux prochaines années de recherche ne sera pas libéré. Les programmes reviennent entièrement entre les mains d'Ablynx. L'étude préclinique de MS concernant l'ALX-0751, un médicament contre le cancer, est arrêtée. Les autres programmes avec MS se poursuivront normalement, le plus avancé étant une étude de phase Ib sur l'ALX-0761 contre le psoriasis (résultats attendus cette année encore). Bonne nouvelle cependant concernant le caplacizumab, un médicament servant à traiter la PTT, une maladie potentiellement mortelle. Après consultation des agences compétentes pour les médicaments en Europe (EMA) et aux Etats-Unis (FDA), Ablynx a décidé d'introduire, compte tenu des excellents résultats de phases II, une demande d'approbation provisoire au 1er semestre 2017. De ce fait, le médicament pourrait être commercialisé en 2018. Parallèlement, une étude de phase III sera lancée au 2e semestre 2015. Ses résultats sont attendus fin 2017. S'ils sont positifs, la demande d'approbation auprès de la FDA (décision en 2019) et la demande d'approbation définitive en Europe suivront en 2018. Ablynx table sur un pic des ventes de 300 à 400 millions EUR pour caplacizumab. Aucune stratégie commerciale n'a encore été arrêtée. Les autres projets de recherche avec l'ALX-0061, un médicament contre les maladies infectieuses, se déroulent conformément au calendrier prévu. Deux études de phase II contre les rhumatismes seront lancées au cours des prochaines semaines - résultats attendus au 2e semestre 2016 -, et une étude de phase II sera lancée à l'été, dont les résultats seront publié en 2018. S'ils sont positifs, AbbVie, partenaire d'Ablynx dans ce projet, prendra l'ALX-0061 en licence pour les indications respectives en échange d'un paiement d'étape significatif. Ablynx disposait fin 2014 d'une position de trésorerie confortable de 206 millions EUR, et prévoit de consommer 70 à 80 millions EUR de liquidités cette année. ConclusionLes contrecoups sont partie intégrante du développement d'un pipeline clinique. Nous accueillons les nouvelles positives concernant le caplacizumab et considérons la correction de l'action comme excessive après la forte ascension qui l'a précédée. Comme toujours, tenez compte du risque supérieur à la moyenne propre aux biotechnologies !Conseil: digne d'achatRisque: élevéRating: 1C