7,25 EUR - 1C Digne d'achat
...

7,25 EUR - 1C Digne d'achatLe titre de cet article est identique au précédent car la situation n'a pas changé à cet égard : le marché attend toujours cette nouvelle. La semaine dernière, la société biotech a présenté ses résultats pour le 1er semestre 2013. Dans le segment des jeunes entreprises biotechnologiques, le cash burn, la trésorerie et l'évolution du pipeline de produits sont trois paramètres essentiels. Or Ablynx a reconfirmé l'objectif de limiter la consommation de cash à 20 à 25 millions EUR cette année. Dans la mesure où le cash burn atteignait déjà 20 millions EUR au 1er semestre, l'entreprise compte sur d'importants paiements intermédiaires ou revenus sur de nouvelles transactions au 2e semestre. Le cash burn escompté ne tient pas compte des 31,5 millions EUR de liquidités supplémentaires que la société a accumulées grâce à l'augmentation de capital de fin février, ni de la perception d'un revenu de caisse sur une possible transaction concernant ALX-0061. Rappelons qu'en début d'année, le groupe a publié d'excellents résultats de phase II - proof of concept - pour son nanocorps ALX-0061, un médicament potentiel contre l'arthrite rhumatoïde. Ablynx s'est aussitôt mis en quête d'un partenaire pour le développement ultérieur, conjoint ou non, de ALX-0061. Les négociations avec plusieurs entreprises pharmaceutiques évoluent toujours favorablement. L'opération de capital, dont le timing était judicieux, a en tout cas fourni à Ablynx une latitude financière supplémentaire. Fin juin, sa trésorerie totalisait 72 millions EUR, contre 62,8 millions EUR fin 2012. Concernant son pipeline, Ablynx a pu annoncer le démarrage de deux études de phase I portant sur le nanobody ALX-0171 anti-RSV (résultats 1er semestre 2014). Le Respiratory Syncytial Virus (RSV) est une cause importante d'infections pulmonaires et le motif d'hospitalisation le plus fréquent des jeunes enfants. ALX-0171 est le premier nanocorps inhalé et Ablynx est parvenu l'an dernier à finaliser une première étude de phase I avec succès. L'objectif des nouvelles études est de déterminer avec plus de précision le profil de sécurité et les dosages adéquats. Ablynx espère démarrer une étude de phase II avec des enfants au 2e semestre 2014. Fin 2013, nous connaîtrons également les résultats de l'étude préclinique en cours portant sur ALX-0071. Le pipeline a été complété avec un nouvel anticorps préclinique anti-IgE, ALX-0962, pour le traitement de formes aiguës d'asthme. Ablynx lancera probablement une étude de phase I au 2e semestre 2014. Enfin, Ablynx a annoncé un retard dans le recrutement de patients pour l'étude de phase II du nanocorps anti-vWF ALX-0081/ALX0681 (caplacizumab). Caplacizumab est destiné aux patients atteints de TTP, une affection sanguine rare et mortelle. En concertation avec les instances compétentes, le groupe procède à présent à de légères adaptations par rapport aux conditions strictes imposées avant autorisation de l'étude. Cela dit, Ablynx ne parviendra probablement plus à recruter les 110 patients prévus d'ici fin 2013 dans ce cadre. Compte tenu du statut de maladie orpheline de l'affection qu'il est censé soigner, le produit ne doit normalement pas faire l'objet d'une étude de phase III avant la demande de commercialiser. Le marché est estimé entre 180 et 250 millions EUR. Au niveau des produits développés en partenariats ou donnés totalement en licence, Ablynx attend donc plus de nouvelles et des revenus au 2e semestre. Le premier semestre a été caractérisé par le seul lancement de l'étude de phase I pour ALX-0761 (maladies inflammatoires) par Merck Serono, gratifié d'un paiement intermédiaire de 2,5 millions EUR. C'est le premier candidat clinique qui découle de la collaboration.Ablynxa bon espoir que les négociations concernant ALX-0061 connaissent une issue positive. Une transaction avantageuse pourrait fournir à la société biotech gantoise un effet de levier supplémentaire pour le développement ultérieur de sa plateforme étendue d'anticorps. Le cours a été un certain temps sous pression en réaction à l'augmentation de capital de février, mais s'est récemment bien repris. Nous pensons que l'actualité soutiendra encore le cours dans les six mois et maintenons donc le conseil à "digne d'achat" pour les investisseurs conscients du risque (rating 1C).