Attendons des nouvelles de ALX-0061
...

Attendons des nouvelles de ALX-00616,27 EUR - 1C Nous avons désormais acquis assez d'expérience avec les entreprises biotechnologiques pour savoir que leurs cours peuvent être très volatils. Cette sensibilité s'accroît encore lorsque des informations relatives aux études cliniques doivent être publiées. Or cette jeune et prometteuse entreprise biotechnologique gantoise et sa plateforme novatrice d'anticorps est parvenue, au 1er trimestre, à publier d'excellents résultats de phase II pour son nanobody anti-IL-6R ALX-0061, un médicament potentiel contre l'arthrite rhumatoïde (AR). Les observateurs avaient déjà bon espoir depuis que les études avaient démontré une amélioration sensible des principaux indicateurs pathologiques après 12 mois. Mais à présent, les analyses après 24 mois démontrent une poursuite de cette amélioration et même davantage. Et ce, pour toutes les doses administrées, qui ont du reste été bien supportées par les patients. Ces résultats font mieux que soutenir la comparaison avec l'Actemra, le seul produit IL-6R actuellement sur le marché du géant pharmaceutique suisse Roche (chiffre d'affaires annuel de 700 millions EUR pour 2012). Il s'agit d'une "preuve de concept" clinique forte, puisque ces résultats signifient que le médicament est efficace chez les patients. A l'occasion du business update de la mi-mai, l'entreprise biotech gantoise a annoncé que des négociations avaient été entamées avec plusieurs entreprises pharmaceutiques par rapport à un octroi de licence pour l'étude - cruciale - de phase III. Les spécialistes estiment réaliste un paiement préalable de 50 à 100 millions EUR, en plus de généreux royalties dans l'éventualité où le produit serait un jour commercialisé. L'arthrite rhumatoïde est en effet une affection qui suscite un vif intérêt dans le monde pharmaceutique. Cela dit, la direction n'exclut pas de mettre elle-même en place la prochaine phase de développement clinique. Le groupe a profité du rebond de cours en réaction aux résultats favorables de l'étude sur le médicament contre les rhumatismes de la fin février pour réaliser un placement privé de 45 millions EUR, qui a accru la trésorerie de 31,5 millions EUR. Ainsi celle-ci s'élevait-elle fin mars à 82,2 millions EUR, après la consommation de 10 millions EUR de liquide au 1er trimestre. Nul doute que l'absence d'accord ou de décision claire comprime quelque peu le cours. Ablynx se concentre sur le développement d'anticorps, mais ceux de la prochaine génération : les nanocorps. Leur taille, dix fois inférieure à celle des anticorps traditionnels, présente plusieurs avantages : une zone cible plus large, des formats plus stables, plus robustes et plus flexibles, un potentiel plus élevé et surtout de nouveaux modes d'administration. Les anticorps ordinaires ne peuvent être administrés que par injection ; les nanocorps peuvent également l'être par des inhalateurs, sous forme de gouttes oculaires, par voie orale... Ablynx travaille avec des lamas. Ces animaux se voient injecter des germes de maladie et six à douze semaines plus tard, on procède à un prélèvement de sang. Les lamas présentent la caractéristique unique de développer deux types d'anticorps, dont des anticorps plus petits contre la maladie pénétrante. C'est de ces petits anticorps que sont extraits les nanocorps. L'ambition première d'Ablynx est d'utiliser les nanocorps pour produire des versions de médicaments existants qui seraient plus efficaces ou dotées de modes d'administration plus aisés. Ablynx dispose toujours d'un portefeuille de produits très vaste et prometteur sur la base d'une technologie innovante. Les résultats après 24 semaines et l'obtention du "proof of concept" pour ALX-0061 (anti-IL-6R ; contre l'arthrite rhumatoïde) ont, comme prévu, soutenu le titre. Le cours a déjà connu une belle ascension mais depuis l'augmentation de capital, on note un repli léger. A court terme, le potentiel d'appréciation est suffisant pour réitérer notre conseil "digne d'achat" (rating 1C). La biotech étant un secteur par définition risqué, le titre est cependant réservé aux audacieux. DIGNE D'ACHAT