Le brasseur a fait parler de lui, au début de l'été: il préparait l'introduction en Bourse de Hong Kong d'une participation minoritaire de sa branche Asie-Pacifique. Une IPO grâce à laquelle, estimaient les analystes, AB InBev pourrait alléger son endettement colossal. Compte tenu des prix auxquels le groupe espérait vendre les actions de la filiale asiatique, la valorisation de l'activité aurait pu atteindre 54 à 64 milliards de dollars. Mais l'opération a été avortée quand il est apparu que la filiale ne lèverait pas les 8,4 à 9,8 milliards de dollars bruts escomptés.
...