Les résultats annuels 2018 de l'exploitant belge de panneaux solaires et de parcs photovoltaïques 7C Solarparken, actif surtout en Allemagne, ont dépassé les attentes. La production d'électricité a progressé de 41% sous l'effet d'une augmentation de la puissance installée moyenne de 31% à 137 mégawatts (MW) et d'une hausse du rendement de production de 8%, conséquence d'une météo exceptionnellement favorable, avec 10% d'ensoleillement en plus - soit 2,5 fois l'écart-type historique de 4%.
...

Les résultats annuels 2018 de l'exploitant belge de panneaux solaires et de parcs photovoltaïques 7C Solarparken, actif surtout en Allemagne, ont dépassé les attentes. La production d'électricité a progressé de 41% sous l'effet d'une augmentation de la puissance installée moyenne de 31% à 137 mégawatts (MW) et d'une hausse du rendement de production de 8%, conséquence d'une météo exceptionnellement favorable, avec 10% d'ensoleillement en plus - soit 2,5 fois l'écart-type historique de 4%. La capacité installée est passée de 118 MW à 154 MW (+31%), une croissance bien supérieure à la moyenne annuelle de 15 MW des années précédentes, grâce à l'acquisition du développeur de projets Amatec et l'émission de trois prêts garantis par un titre de créance pour 25 millions d'euros. Le chiffre d'affaires annuel a progressé de 23%, à 40 millions d'euros, certes moins que la production, car les parcs plus récents bénéficient d'un tarif de prélèvement plus faible (276 euros en moyenne le mégawattheure, contre 318 euros auparavant). Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a gagné 17%, passant de 29,9 à 35,1 millions d'euros. Les prévisions, pourtant relevées (29,6 millions, puis 33 millions d'euros) ont ainsi été largement dépassées. Outre la croissance plus rapide que prévu du parc photovoltaïque et le badwill supérieur aux prévisions sur les parcs rachetés (+0,9 million d'euros), l'ensoleillement généreux a permis un surcroît d'Ebitda de 3,2 millions d'euros. Le cash-flow net par action a progressé de 0,49 à 0,60 euro (prévisions: 0,52 euro). Le dividende a été relevé de 10% à 0,11 euro par action, soit un rendement brut de 3,6%. Comme en 2018, il sera exempté de précompte mobilier allemand. 7C a confirmé la distribution d'un dividende brut d'au moins 0,11 euro en 2020 (0,10 euro annoncé précédemment). Malgré la forte croissance, le taux d'endettement est retombé de 4,9 à 4,6 fois l'Ebitda en 2018, alors que le ratio des fonds propres a dépassé pour la première fois les 30% (au moins 25% exigés). Pour 2019, 7C table sur une croissance de la puissance installée comparable à celle de 2018. Elle a déjà augmenté de 154 à 167 MW cette année, grâce notamment à l'achat opportuniste d'une première éolienne (2,78 MW). Plusieurs projets nouveaux d'une puissance totale d'environ 7,5 MW seront opérationnels d'ici fin septembre. En outre, 7C examine toujours plusieurs dossiers d'acquisition pour atteindre le plus rapidement possible 200 MW de puissance installée et une capitalisation boursière d'au moins 200 millions d'euros (l'objectif est fixé à 220 MW pour fin 2020).Le cash-flow net par action sera ainsi porté à 0,57 euro, faisant de 7C un acteur de catégorie tier-2. Cette promotion devrait avoir un effet positif sur la valorisation (multiple de 6 à 8 fois le cash-flow par action contre 5 fois pour les plus petits opérateurs), permettre un financement par dette à de meilleures conditions et attirer plus facilement les grands investisseurs institutionnels. A plus long terme, l'ambition du groupe est d'atteindre les 500 MW en 2025 via une combinaison de parcs propres et de gestion active de parcs externes. 7C a déjà franchi une étape dans ce domaine en février en rachetant un portefeuille de 77 MW. Pour financer sa croissance autonome à 220 MW, l'entreprise prévoit d'investir 107 millions d'euros, dont 16 millions d'euros via l'émission de quelque 5,7 millions d'actions nouvelles (soit 10,7% d'actions supplémentaires). Les prévisions font état d'un cash-flow net par action de 0,50 euro pour 2019. Ce chiffre prudent est basé sur 53,4 millions d'actions en circulation, une hausse de 8% par rapport à la moyenne pondérée de 2018 (49,5 millions), des conditions météorologiques normales et une contribution nulle de nouvelles constructions ou des acquisitions en plus du parc existant de 167 MW. Après la hausse de 20% enregistrée depuis le début de l'année, nous abaissons, temporairement, le conseil à "conserver/attendre", mais l'associons désormais à un faible profil de risque (d'où notre rating: 2A). Nous restons cependant très positifs à moyen terme.Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2ACours: 3,03 eurosTicker: HRPK GYCode ISIN: DE000A11QW68Marché: FrancfortCapit. boursière: 161,8 millions EURC/B 2018: 25,5C/B attendu 2019: 26,5 Perf. cours sur 12 mois: +19%Perf. cours depuis le 01/01: +20%Rendement du dividende: 3,3%