En base comparable, le bénéfice net s'est accru de 38%, une hausse qui a dépassé légèrement les attentes. Elia la doit d'une part aux excellents résultats opérationnels, d'autre part à la contribution de l'entreprise allemande 50Hertz, dans laquelle il avait accru sa participation (de 60 à 80%) l'an dernier.
...

En base comparable, le bénéfice net s'est accru de 38%, une hausse qui a dépassé légèrement les attentes. Elia la doit d'une part aux excellents résultats opérationnels, d'autre part à la contribution de l'entreprise allemande 50Hertz, dans laquelle il avait accru sa participation (de 60 à 80%) l'an dernier. En Belgique, le bénéfice comparable a progressé de 17%, grâce aux investissements consentis depuis 2016. Le bénéfice net enregistré en Allemagne a augmenté de plus de moitié; en base comparable, il a gagné 18,5%, en raison, surtout, de la libération d'une provision. Depuis 2010, le bénéfice par action a presque doublé. Mais en dépit de la hausse constante du cours de l'action, la valorisation demeure correcte. Les perspectives à long terme sont toujours favorables. Elia accroît la part des énergies renouvelables dans son portefeuille. Des investissements substantiels dans le réseau sont dès lors nécessaires - le gestionnaire devra être en mesure d'acheminer l'énergie verte vers les clients, sans faire exploser les tarifs. Si l'an dernier, 636 millions d'euros ont été investis dans le réseau belge, cette année, ce devraient être 700 millions. Elia a soumis à la Commission de régulation belge de l'électricité et du gaz (CREG) un projet de plan de développement du réseau pour la décennie 2020-2030; cinq milliards d'euros seront investis. Dans le réseau allemand, Elia a investi 491 millions d'euros l'an dernier. A 420 millions, le montant qui y sera investi cette année est moins élevé que prévu. Cela dit, l'Allemagne entend augmenter la part des énergies renouvelables à 65%, d'ici à 2030; 50Hertz ne s'en plaindra certainement pas. Il est très important qu'Elia procède à de tels investissements car les législations qui régissent ses activités l'y encouragent: à mesure qu'Elia investit, le bénéfice augmente. Mais 2019 ne sera pas un autre exercice record. En raison de la nouvelle réglementation en vigueur en Allemagne, le rendement sur fonds propres de 50Hertz devrait reculer (de 12% en 2018 à 8-10% ces prochaines années), et par là même la croissance bénéficiaire. En Belgique, la CREG va porter de 33 à 40% la part des fonds propres que le gestionnaire doit investir, raison pour laquelle Elia renforce la structure de son bilan, à l'aide d'une augmentation de capital. Si le taux d'intérêt belge à long terme demeure stable, que le cadre légal ne change pas et qu'Elia accroît, comme annoncé, d'environ 400 millions d'euros son capital cette année, le rendement sur fonds propres devrait continuer de fluctuer entre 5 et 6%. Elia pronostique pour 2019 un rendement sur fonds propres combiné situé entre 7 et 8%. Cela se traduira inévitablement par une baisse du bénéfice. Alors qu'un rendement de 10% sur des fonds propres de 2,7 milliards d'euros avait porté le bénéfice net à 275 millions l'an dernier, le rendement attendu de 7,5% sur des fonds d'environ 3,2 milliards d'euros produira un bénéfice de 250 millions. En principe, le bénéfice remontera à compter de 2022, vu les investissements annoncés.Elia se négocie actuellement à un rapport cours/bénéfice d'environ 17, ce qui reste très raisonnable pour une action dont le potentiel d'appréciation du cours à long terme est beau. La baisse du bénéfice anticipée pourrait certes peser sur l'évolution du cours d'Elia, cette année. Cette action défensive n'en mérite pas moins une place dans tout portefeuille. Conseil : acheterRisque : faibleRating : 1ACours : 63Ticker : ELI:BBCode ISIN : BE0003822393Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 3,8 milliards EURC/B 2018 : 14C/B attendu 2019 : 17 Perf. cours sur 12 mois : +20%Perf. cours depuis le 01/01 : +4%Rendement du dividende : 2,6%