Il est vrai qu'Ackermans & van Haaren (AvH) aligne depuis quelques années de moins bons résultats que d'autres holdings belges diversifiés. Entre 2011 et 2015, l'action a excellé. Depuis, elle a bondi de 49,3%, dividende compris; elle a ainsi dépassé GBL (+44,5%), mais fait nettement moins bien que Sofina (+148%) et Brederode (+173%).
...

Il est vrai qu'Ackermans & van Haaren (AvH) aligne depuis quelques années de moins bons résultats que d'autres holdings belges diversifiés. Entre 2011 et 2015, l'action a excellé. Depuis, elle a bondi de 49,3%, dividende compris; elle a ainsi dépassé GBL (+44,5%), mais fait nettement moins bien que Sofina (+148%) et Brederode (+173%).AvH a progressé de 17,56% ces trois dernières années, contre 26,54% pour GBL, 72,45% pour Sofina et 88,1% pour Brederode. Cet écart tient tout d'abord au rendement obtenu par Brederode et Sofina dans le capital-risque. Le portefeuille de capital-investissement de Brederode a réalisé un rendement de 20,6% en 2018, une année pourtant médiocre pour les Bourses, tandis que la stratégie de Sofina, qui consiste, depuis 2013, à investir dans des entreprises de croissance, s'est avérée payante. AvH possède lui aussi un pôle capital-risque, qui ne représente toutefois pas plus de 8% de sa valeur intrinsèque. La deuxième explication réside dans le fait que les principales participations d'AvH peinent à briller ces dernières années. C'est surtout le cas de CFE (60,85% du capital; 35% de la valeur de l'actif net). Nous conseillons toutefois CFE à l'achat depuis quelques mois car nous pensons que la situation va s'améliorer dans les deux ans. La division Private banking (78,75% dans Delen Private Bank et Bank J. Van Breda, 38% de la valeur de l'actif net) se porte bien, mais la croissance des actifs sous gestion évolue conformément aux marchés boursiers, plus qu'au gré des afflux de capitaux. Le volet Immobilier et soins aux personnes âgées (9% de la valeur intrinsèque) affiche une belle croissance (Extensa: 100%, Leasinvest Real Estate: 30%, Anima Care: 93%). AvH a empoché en 2019 une plus-value de 105,7 millions d'euros en quittant le français Residalya. Les perspectives restent encourageantes. Evoquons enfin le pôle Energie et ressources (5%), composé principalement de Sipef (32,33%); ici aussi, les perspectives se sont considérablement améliorées. Nous conseillons désormais d'acheter (rating 1A). L'action s'échange à un cours plus ou moins conforme à la valeur intrinsèque. AvH vise un rendement sur capitaux propres de 10% et son dividende progresse lentement (rendement brut de 1,6%).