La vente de Lumina Gold, annoncée par Ross Beaty (19,8%) début 2020, ne se déroule pas comme prévu. Depuis le versement, en 2018, d'une série de projets d'exploration dans Luminex Resources, le seul actif de Lumina Gold est Cangrejos, un projet d'or et de cuivre en Equateur, dont les ressources sont estimées à 16,7 millions d'onces troy d'or. Sur la base de l'estimation économique provisoire réalisée en juin 2020, Cangrejos produira 366.000 on...

La vente de Lumina Gold, annoncée par Ross Beaty (19,8%) début 2020, ne se déroule pas comme prévu. Depuis le versement, en 2018, d'une série de projets d'exploration dans Luminex Resources, le seul actif de Lumina Gold est Cangrejos, un projet d'or et de cuivre en Equateur, dont les ressources sont estimées à 16,7 millions d'onces troy d'or. Sur la base de l'estimation économique provisoire réalisée en juin 2020, Cangrejos produira 366.000 onces d'équivalent or par an en moyenne pendant 25 ans, à un prix de production moyen de 604 dollars l'once à peine, revenus de la production de cuivre inclus. La construction est estimée à 1 milliard de dollars et, au cours actuel de 1.680 dollars l'once d'or, les cash-flows futurs valent 2,5 milliards de dollars... alors que la capitalisation boursière plafonne à 194 millions de dollars canadiens (CAD) (cours: 0,58 CAD). L'inaccessibilité, due à la pandémie, du projet, est la première explication à l'échec provisoire de la vente. Ross Beaty avait dès lors accordé en septembre 2020 à l'entreprise une facilité de crédit de 5 millions CAD, qui arrive à échéance ce 30 septembre. La deuxième explication est la valse-hésitation du marché des métaux précieux, en phase de correction depuis août 2020. Les caisses étant vides, une augmentation de capital de 26 millions CAD, au cours de 0,60 CAD par action, a été annoncée le 13 septembre. La facilité accordée par Ross Beaty a été portée à 6 millions CAD et doit être convertie en actions au terme de l'augmentation de capital. Au vu de la faiblesse du montant levé, Lumina a décidé de réaliser elle-même l'étude de faisabilité provisoire, pour un coût estimé à 13 millions CAD. Elle a consommé 6 millions CAD ces 12 derniers mois; elle dispose donc de liquidités suffisantes jusqu'à la fin de 2022 au moins. L'élection, en mai, de Guillermo Lasso à la tête de l'Equateur, est une bonne nouvelle, puisque l'homme a la réputation d'être favorable à l'industrie minière. Lumina dispose par ailleurs d'une base actionnariale solide, qui ne laissera pas tomber le projet. Nous croyons toujours en une vente, à 1,2 CAD par action au moins, mais plutôt en 2022. Nous maintenons la note acheter, pour l'investisseur conscient des risques (1C).