Le soulagement était palpable auprès des instances européennes. Il leur a fallu près de onze heures de discussions pour donner l'impression que le gouvernement grec s'est plié aux exigences européennes. Pour obtenir sa rallonge pour les quatre mois à venir, il s'est en effet engagé à respecter les accords. La presse s'est empressée d'affirmer que la Grèce venait de capituler.
...