Les résultats 2015 du brasseur AB InBev sont inférieurs aux prévisions des analystes. Le volume total a régressé de 0,6% alors que le cash-flow opérationnel (EBITDA) s'est accru de 7,8%, à 16,84milliards USD. Le bénéfice normalisé par action a reculé de 5,43USD en 2014 à 5,20USD. Le dividende annuel a été relevé de 20%, à 3,60EUR par action. En novembre 2015 déjà, un dividende intérimaire de 1,60EUR a été versé. La reprise de SAB Miller se poursuit comme prévu. Pour 2016, AB Inbev table sur une croissance supérieure à l'inflation. Après le sommet de novembre 2015, la tendance est redevenue baissière. A 100EUR se trouve une zone...

Les résultats 2015 du brasseur AB InBev sont inférieurs aux prévisions des analystes. Le volume total a régressé de 0,6% alors que le cash-flow opérationnel (EBITDA) s'est accru de 7,8%, à 16,84milliards USD. Le bénéfice normalisé par action a reculé de 5,43USD en 2014 à 5,20USD. Le dividende annuel a été relevé de 20%, à 3,60EUR par action. En novembre 2015 déjà, un dividende intérimaire de 1,60EUR a été versé. La reprise de SAB Miller se poursuit comme prévu. Pour 2016, AB Inbev table sur une croissance supérieure à l'inflation. Après le sommet de novembre 2015, la tendance est redevenue baissière. A 100EUR se trouve une zone de soutien solide.Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2AEn 2015, le groupe flamand Bekaert spécialisé dans la transformation de métaux a enregistré de très bons résultats grâce à l'intégration réussie de ses acquisitions, à des effets de change positifs et à l'amélioration de son mix produits. Le chiffre d'affaires consolidé du groupe s'est accru de 14%, à 3,7milliards EUR. Les marges se sont améliorées en Chine et en Amérique Latine malgré la concurrence accrue. En Europe, le groupe a connu l'année la plus rentable de son existence, caractérisée par une marge de 11,3%. Par action, le résultat ressort à 1,83EUR, contre 1,51EUR en 2014. La dette nette par rapport à l'EBITDA s'est allégée de 2,5 à 1,9. Le dividende brut par action a été relevé de 0,85 à 0,90EUR. Depuis la percée au-delà des 30EUR, la tendance est clairement haussière.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BL'an dernier, la compagnie d'assurance Delta Lloyd a dégagé un bénéfice net de 128millions EUR, contre 361millions EUR l'année précédente. Le groupe a annoncé à cette occasion qu'il introduisait en Bourse la participation de 30,5% dans la banque Van Lanschot. L'augmentation de capital nécessaire pour relever le ratio Solvency II et dont le groupe espérait initialement tirer 1milliard EUR, peut ainsi être abaissée à 650millions EUR. Cela dit, plusieurs actionnaires restent opposés à cette opération de capital. Sur le graphique, on note un processus de sortie de plancher. À 4EUR un plancher s'est formé, après quoi le cours a rebondi. Une percée du petit triple sommet à 5,70EUR générerait un premier signal d'achat technique. Le cours pourrait alors se hisser vers 8EUR, où se trouve une résistance.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BEn 2015, l'opérateur de télécoms Proximus a vu son chiffre d'affaires (CA) augmenter de 2,2%, à 5,99milliards EUR, alors que son cash-flow opérationnel (EBITDA) a progressé de 4,9%, à 1,73milliard EUR. Le bénéfice net a cependant baissé de 26,3%, à 482millions EUR. Cette année, le groupe table sur une croissance de ses CA et EBITDA. Proximus entend maintenir son dividende à 1,5EUR par action et pour 2016, il vise un dividende identique. En matière d'investissements, l'accent est placé sur les connexions très rapides pour les entreprises. Les investisseurs ont réagi négativement aux chiffres. Un repli du cours sous 28 EUR serait synonyme de signal de vente technique. À 30 EUR se trouve la première résistance.Conseil : conserver/attendreRisque : faibleRating : 2A