Le monde financier n'aime pas voir la réalité en face. Quoi qu'il arrive, les opérateurs occidentaux cherchent toujours un bouc émissaire étranger. Ils refusent d'admettre leurs propres méfaits. Aujourd'hui, par exemple, tout est de la faute de la Chine. On lui reproche un gouvernement incompétent, agissant erronément et causant la panique. La baisse du prix du baril, par exemple, lui est imputée. Suite à un recul conjoncturel, la Chine importe moins de pétrole et occasionne ainsi la chute du prix du baril. Un raisonnement aussi court qu'idiot.
...