1. Pas de dérapage inflationniste en vue: contrairement au sentiment général, nous ne sommes pas inquiets quant à l'inflation. Selon nous, celle-ci ne devrait pas être problématique en 2019.
...

1. Pas de dérapage inflationniste en vue: contrairement au sentiment général, nous ne sommes pas inquiets quant à l'inflation. Selon nous, celle-ci ne devrait pas être problématique en 2019. 2. Sous l'effet de tensions (géopolitiques et commerciales) persistantes, la croissance ralentira: la décélération de la croissance amorcée en 2018 se poursuivra cette année, à cette différence près que l'économie américaine sera également affectée. 3. Les taux américains vont baisser et non augmenter: à notre estime, le ralentissement planétaire de la croissance contraindra la Banque centrale américaine à mettre un terme à sa politique de relèvement des taux, en 2019. Nous nous attendons à une baisse des taux d'intérêt américains. 4. Les titulaires d'obligations de qualité n'auront pas à se plaindre: les obligations seront préférables aux actions, en 2019. A condition, toutefois, d'opter pour des débiteurs de qualité - dans le cas contraire, vous risquez d'essuyer des pertes; songez à Altice, Nyrstar, etc., en 2018. 5. Le dollar américain a atteint son plus-haut et se dépréciera: en 2018, ce fut la devise vedette, sur le marché des changes. Mais le billet vert redescendra de son sommet, cette année, sous l'effet conjugué du ralentissement de la croissance américaine et de l'inflexion de la politique de la Fed. 6. Un mouvement baissier caractérisera l'année, sur les Bourses: selon nous, la tendance boursière amorcée au quatrième trimestre de 2018 se confirmera en 2019. L'année s'annonce donc délicate, avec des marchés en mode correction. 7. Les marchés boursiers seront plus volatils encore: l'indice VIX, qui mesure l'incertitude et la peur des investisseurs, a atteint des sommets, ces derniers mois. Nous prévoyons qu'il en gravira de plus hauts, en 2019. Autrement dit: panique et capitulation de certains investisseurs seront hélas observées. 8. Au plus fort de la baisse, le Bel 20 pourrait plonger sous les 3.000 points: nous n'excluons pas que l'indice phare d'Euronext Bruxelles descende, mais sans s'y loger pour autant, sous la barre des 3.000 points, en 2019. Outre-Atlantique, le Standard & Poor's 500 pourrait glisser vers les 2.000 points. 9. L'or et l'argent devraient briller: ces métaux devraient redevenir précieux en 2019, comme au début de 2016. Pour jouir d'une plus-value cette année, mieux vaut être investi dans la paire. A bon entendeur... 10. Pas de krach immobilier en 2019, mais les prix cesseront d'augmenter: le marché immobilier pourrait montrer quelques signes de faiblesse sous l'effet de l'essoufflement de la croissance et des incertitudes économiques et politiques.