Rédaction Initié de la Bourse

Dans cette liste, vous découvrirez les 103 valeurs belges, cotées pour la plupart à Bruxelles, que suivent les experts de l'Initié de la Bourse. Voyez quelle recommandation ils leur ont attribuée à ce jour.

Rédaction Initié de la Bourse

Les analystes de l'Initié de la Bourse suivent de près 110 valeurs européennes, que voici; ils ont choisi des actions d'entreprises de presque tous les pays d'Europe. Nombre d'entre elles sont intégrées dans un indice. De celles qui ne le sont pas, ils attendent une prestation supérieure à la moyenne de leur secteur au cours des années à venir.

Rédaction Initié de la Bourse

Cette liste comprend 87 actions internationales, principalement américaines, que les analystes de l'Initié de la Bourse suivent activement. Découvrez leur recommandation pour chacune d'elles.

Malgré un bilan solide et des cash-flows opérationnels en hausse, la rentabilité sous-jacente ne permet toujours pas, tant s'en faut, de supporter les 43 millions de dollars de frais de financement.

En termes de coût de production, de croissance et de réserves, AngloGold Ashanti reste dans l'ombre de Newmont et Barrick, mais sa valorisation est nettement plus faible. Pour l'instant, nous tablons sur un impact limité de la crise du coronavirus sur la production.

Malgré le ralentissement de la croissance, les résultats d'Alibaba ont de nouveau dépassé le consensus. Au troisième trimestre de son exercice clos le 31 mars, son chiffre d'affaires a tout de même progressé de 38%.

Les chiffres de 2019 confirment que pour la plus grande entreprise de dragage au monde, le plus dur est désormais passé. L'annonce, faite à l'issue de l'exposé des résultats du premier semestre, de l'acquisition par le CEO Peter Berdowski d'un nouveau paquet de 50.000 actions, le laissait déjà penser.

Après plusieurs très bonnes années, 2019 fut sans conteste moins bonne, pour Picanol. Heureusement, les résultats de Tessenderlo, entièrement consolidés, ont limité le recul.

La biotech Galapagos a été injustement et sévèrement sanctionnée ces dernières semaines. Pour profiter d'une remontée future du cours de son action, nous vous proposons d'émettre des options put.

Comme les autres métaux précieux, l'argent est victime d'une vague de liquidations forcées. L'on s'inquiète en outre aujourd'hui de l'évolution de la demande industrielle, qui représente 60% de la consommation totale.

Danny Reweghs

Après un trimestre qui se termine sur une note cauchemardesque sur les places boursières, la question n'est plus de savoir si nous connaîtrons une récession, mais plutôt quelle sera son ampleur et surtout, combien de temps elle durera.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "L'engouement pour Gilead Sciences, dont le remdesivir pourrait permettre de lutter contre le Covid-19, est-il fondé ou purement spéculatif?"

Le titre souffre. Mais son excellente capitalisation pourrait permettre au groupe d'obtenir, à la faveur de la crise, des licences pour des molécules intéressantes de sociétés moins solides.

La crise actuelle contraint le groupe à chercher un acheteur pour sa division sel américaine. Il ne pouvait y avoir pire moment. L'action K+S est toujours en quête de nouveaux planchers.

Les flux de trésorerie devraient reculer cette année, mais tout dépendra de la rapidité de la reprise économique. En Chine, qui consomme la moitié des matières premières utilisées dans le monde, le pire semble en tout cas passé.

L'or et les actions liées sont victimes des appels de marge, mais il ne s'agit là que d'une situation provisoire. L'or et les actions minières se redressent traditionnellement (beaucoup) plus rapidement que le marché.

Archive