Danny Reweghs

L'élection présidentielle américaine attise les incertitudes sur les marchés financiers. Ces derniers ont généralement une préférence pour un président républicain, mais l'élection du candidat démocrate ne serait pas forcément défavorable à Wall Street.

Ce holding est exclusivement actif en République démocratique du Congo. Or ce pays est moins affecté par les conséquences du coronavirus que la plupart des pays européens. Le cours de Texaf devrait rester stable un bon moment.

La biotech de Louvain dispose de deux molécules attrayantes, mais est face à plusieurs échéances importantes ces 12 prochains mois. Le cours évolue de manière décevante.

Le secteur des télécoms semble boudé par les opérateurs boursiers. Telenet a souffert de la crise sanitaire, mais son second semestre devrait être meilleur. La valorisation du titre justifie donc une prise de position.

La révision à la baisse des réserves de Gold Bar a entraîné une dépréciation exceptionnelle au premier trimestre, mais la production du site devrait avoir atteint les niveaux souhaités d'ici à la fin de l'année. Les résultats des nouveaux forages sont par ailleurs encourageants.

Rédaction Initié de la Bourse

Les analystes de l'Initié de la Bourse suivent de près 110 valeurs européennes, que voici; ils ont choisi des actions d'entreprises de presque tous les pays d'Europe. Nombre d'entre elles sont intégrées dans un indice. De celles qui ne le sont pas, ils attendent une prestation supérieure à la moyenne de leur secteur au cours des années à venir.

Rédaction Initié de la Bourse

Cette liste comprend 87 actions internationales, principalement américaines, que les analystes de l'Initié de la Bourse suivent activement. Découvrez leur recommandation pour chacune d'elles.

Rédaction Initié de la Bourse

Dans cette liste, vous découvrirez les 103 valeurs belges, cotées pour la plupart à Bruxelles, que suivent les experts de l'Initié de la Bourse. Voyez quelle recommandation ils leur ont attribuée à ce jour.

CFE signe un deuxième trimestre encore moins réjouissant que le premier. Le Covid-19 bride le redressement espéré des marges. Mais avec une valeur d'entreprise d'à peine 7 fois l'Ebitda attendu en 2020, la prime d'entrée est attrayante pour l'investisseur à long terme.

La société d'investissement a encore allégé plusieurs de ses participations historiques, notamment dans Colruyt et dans Danone, et totalement cédé les actions qui lui restaient dans Orpea. Elle se concentre de plus en plus sur le capital-risque et sur son portefeuille de jeunes entreprises de croissance.

Grâce à la bonne maîtrise des coûts et au maintien du chiffre d'affaires, les résultats semestriels ont dépassé, et de loin, les attentes. En outre, au 30 juin, le carnet de commandes était bien garni.

Jusqu'à ce qu'éclate la crise, il était permis de penser, au vu des résultats des mois de janvier et février, que le pire, sur le plan opérationnel, était passé, pour le groupe. Il est, heureusement, parvenu à conclure un accord avec ses principaux créanciers.

Le groupe a fait part de très bons résultats semestriels. L'on peut considérer qu'il a pris une grosse avance sur l'an dernier: son résultat net est passé de 6,3 millions d'euros au terme des six premiers mois de 2019 à 19,6 millions d'euros. Et tant mieux, car des retards dans ses projets ne sont pas à exclure, une éventualité dont le marché tient déjà compte.

La rédaction répond à la question d'un abonné: "L'action Ackermans & van Haaren (AvH) n'a guère profité du redressement qu'ont amorcé les marchés boursiers à la mi-mars. Une opportunité pour (r)acheter?"

La perspective d'investissements élevés, le taux d'endettement croissant et la réduction des dividendes ont terni l'image de Proximus en Bourse. Or, l'action est non seulement moins chère que celles de ses concurrents, mais elle génère également un rendement supérieur à la moyenne.

Archive