La crise sanitaire a accéléré le déclin déjà amorcé dans la division d'impression. Les autres divisions, et notamment le pôle radiologie et le logiciel de gestion d'images médicales, s'en sortent un peu mieux. Attrayante au premier abord, la valorisation masque les engagements de pension (élevés).

Rédaction Initié de la Bourse

Dans cette liste, vous découvrirez les 103 valeurs belges, cotées pour la plupart à Bruxelles, que suivent les experts de l'Initié de la Bourse. Voyez quelle recommandation ils leur ont attribuée à ce jour.

Rédaction Initié de la Bourse

Les analystes de l'Initié de la Bourse suivent de près 110 valeurs européennes, que voici; ils ont choisi des actions d'entreprises de presque tous les pays d'Europe. Nombre d'entre elles sont intégrées dans un indice. De celles qui ne le sont pas, ils attendent une prestation supérieure à la moyenne de leur secteur au cours des années à venir.

Rédaction Initié de la Bourse

Cette liste comprend 87 actions internationales, principalement américaines, que les analystes de l'Initié de la Bourse suivent activement. Découvrez leur recommandation pour chacune d'elles.

Pour la première fois depuis son entrée à la cote madrilène, Inditex voit ses chiffre d'affaires et bénéfice reculer en un an. Ni la compétence de l'équipe de direction, ni le modèle d'affaires ne sont toutefois remis en question.

Depuis le début de 2016, l'action de la société de portefeuille ne rapporte plus "que" 5% l'an, ou quelque 15% de moins que le Bel20. Vu le potentiel de redressement que conservent les principaux actifs, nous recommandons toutefois de l'acheter.

Sur les trois dernières années, l'action Picanol, qui lorgne toujours son dernier sommet en date (mi-2017), a produit un rendement de 33% inférieur à celui de son indice de référence, le Bel 20.

Au cours de l'année 2020, nous avions fait plusieurs paris sur l'évolution de titres à la hausse ou à la baisse, par le biais de contrats d'options. Nous faisons un point sur quelques-uns d'entre eux.

Danny Reweghs

Une année 2021 dominée par une normalisation de l'économie pourrait être un très bon cru pour les actions européennes. Un millésime au moins aussi intéressant que pour les actions américaines, vis-à-vis desquelles l'affaiblissement du billet vert handicape l'investisseur européen.

Le coût de production, bien supérieur à la moyenne du secteur, l'absence de dividende, notamment, se reflètent dans la valorisation. L'attrait du titre est toutefois à chercher dans l'important effet de levier qu'a toute hausse du cours de l'or sur son bénéfice.

La rédaction de l'Initié répond à la question d'un lecteur: "Gilead Sciences ayant renoncé en décembre à demander que, contre les rhumatismes, le Jyseleca (filgotinib) soit admis à la vente aux Etats-Unis, dois-je vendre mes actions?"

Les dépenses d'installation de la 5G sont colossales. Aux investissements dans le réseau s'ajoute le prix exorbitant des licences. Pour ventiler les frais, les opérateurs choisissent de moderniser leurs réseaux sans fil.

Un exercice mitigé s'esquisse pour le distributeur belge, qui a vu son chiffre d'affaires augmenter, mais sa part de marché reculer sous l'effet de la crise sanitaire. Son action, défensive, mérite toutefois sa place dans tout portefeuille.

Archive