Depuis longtemps, l'on constate chez Oracle un écart important entre la croissance des ventes et l'augmentation du bénéfice par action, artificiellement augmenté par les rachats d'actions. Or ces manoeuvres ont un prix et l'éditeur de logiciels génère trop peu de cash-flow pour les financer.