Réaction enthousiaste des marchés

23/09/13 à 17:30 - Mise à jour à 17:30

Source: Initié De La Bourse

La surprise était de taille la semaine passée. Pourtant, personne n'aurait dû s'étonner que la Banque centrale américaine (Fed) n'ait rien entrepris. En effet, son président Ben Bernanke avait souligné qu'il n'agirait que s'il était convaincu que la reprise était durable et que le taux du chômage tomberait sous la barre de 7%, chiffre qu'il a récemment revu à la baisse, le ramenant à 6,5%. Comme aucune de ces deux conditions n'était remplie, il était tout à fait prévisible que la Fed n'entreprît rien.

Tout le monde avait tablé sur une diminution de 10 milliards de dollars. L'attente était compréhensible. Tout d'abord, parce que Bernanke avait annoncé à l'époque que la première réduction pouvait avoir lieu en septembre. Ensuite, parce qu'on a été assailli ces derniers mois de chiffres prometteurs quant à la croissance du pays. On a même prétendu un moment qu'elle atteignait 2,5% sur une base annuelle. Il n'en est rien, naturellement, pour les raisons suivantes.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil

Épargne

Plus de Épargne »



Pensions

Plus de pensions »

Vos droits

Plus de vos droits »