Quand la Chine secoue les marchés

11/01/16 à 16:35 - Mise à jour à 18:31

Ce qui devait arriver s'est produit. Le monde occidental, malgré la mondialisation, a refusé de voir la métamorphose économique engendrée en Chine depuis l'accession au pouvoir en mars 2013 du président Xi Jinping. Pourtant, le gouvernement chinois a maintes fois répété qu'il changeait de cap. Ce ne seront plus les secteurs liés à l'exportation qui soutiendront la croissance, mais la classe moyenne du pays. Pour ce faire, il était prévu d'éradiquer la spéculation et la manipulation (corruption).

Le gouvernement chinois a pris plusieurs mesures dans ce sens afin de permettre cette révolution dans le calme et la sérénité. L'une d'entre elles, que l'Occident a superbement ignorée, concernait la spéculation. La Bourse chinoise est depuis longtemps devenue un casino au lieu de contribuer au financement de l'industrialisation du pays. La croissance s'est manifestée durant plusieurs décennies, mais elle ne justifiait cependant pas l'envolée des cours de Bourse. Le gouvernement a décidé dès le mois d'août dernier d'imposer des restrictions. Ce qui avait engendré une première vague de panique en Occident. Des lois ont signifié que la spéculation était punissable. Parmi ces lois, la dernière est entrée en vigueur lundi passé. Elle promulguait l'arrêt immédiat de la séance boursière dès que l'index principal du marché chutait de plus de 7%. Chose qui s'est produite deux fois depuis.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil