Polarcus

12/05/16 à 16:28 - Mise à jour à 16:28

Le rééchelonnement de la dette et la dilution qu'elle a causée permettent à Polarcus de gagner du temps, mais ne lui offrent qu'un répit temporaire. L'entreprise norvégienne en grande difficulté peut ainsi tenir jusqu'en 2018, mais les conditions de marché devront s'améliorer dans l'intervalle pour lui permettre un redressement définitif.

Ces deux dernières années, le spécialiste norvégien des services sismiques en 3D a été particulièrement affecté par la forte baisse des cours du pétrole. La sismique est la première étape dans le processus d'exploration, et les mesures d'économies draconiennes décrétées par les majors pétrolières ont lourdement pesé sur le secteur. Le nombre de nouvelles missions a nettement baissé, tout comme les tarifs de location journaliers obtenus. La flotte mondiale s'est contractée de 41navires début 2015 à 26navires (la part de marché de Polarcus passant ainsi de 15% à 19%), mais la situation reste compliquée. Très endetté, Polarcus n'a réellement pris le taureau par les cornes qu'avec la désignation, ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil