Frontline

29/09/16 à 17:43 - Mise à jour à 17:40

Les fondamentaux financiers de Frontline restent très précaires. L'investisseur bon père de famille lui préférera toujours Euronav. Mais qui aime le risque peut prendre une petite position dans cet armateur pétrolier norvégien.

Les cinq à six dernières années écoulées furent particulièrement difficiles pour les actionnaires de cet armateur de pétroliers norvégien. En premier lieu pour l'actionnaire de référence Hemen Holding (51,7% des actions), derrière lequel se cache John Frederiksen. Le Norvégien, qui a pris entretemps la nationalité chypriote, est également l'homme fort de Seadrill et Marine Harvest, notamment. Il y a cinq ans, Frontline était encore - et de loin - le plus grand amateur de pétroliers au monde. Fin 2010, la flotte se composait de 73navires, mais fin 2011, le groupe a dû en transférer une partie dans "Frontline 2012", raison pour laquelle leur nombre était reto...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil

Épargne

Plus de Épargne »

Investir

Plus d' investir »



Pensions

Plus de pensions »