D'Ieteren produit beaucoup de liquidités, peu de bénéfices

27/04/18 à 00:25 - Mise à jour à 13:40

Si la vente de 40% de Belron a rapporté beaucoup d'argent au groupe, elle coûte pour l'heure également 20% de sa rentabilité. En outre, il reste encore du pain sur la planche à D'Ieteren avant que l'acquisition de Moleskine puisse être qualifiée de succès.

Les investisseurs s'interrogent sur l'étiquette à accoler à D'Ieteren. Entreprise automobile? Holding? Groupe de marques? D'Ieteren se dit un groupe d'investissement familial qui prend des participations dans des activités générant des cash-flows libres afin de rémunérer l'actionnaire ou développer ou d'acquérir de nouvelles activités. Actuellement, le groupe détient à concurrence de 100% D'Ieteren Auto et Moleskine, et a une part de 54,85% dans Belron. Le groupe dispose également de plus d'un milliard d'euros qui servira à acheter une quatrième grande activité. Sans le moindre empressement, car les fonds de capital-risque ont gonflé les tarifs des proies potentielles: "L'an dernier, quatre dossiers n'ont pas abouti en raison d'un prix trop élevé", explique le CEO, Axel Miller.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil